Guillotiere3

Aujourd’hui, j’avais envie de vous parler d’un sujet un peu personnel : le pâté de maison où je vis.

Je m’excuse par avance auprès des lecteurs que ça n’intéresserait pas du tout. Mais ce petit coin de Lyon est en train de changer et j’avais envie (et même besoin, je crois) de partager les sentiments que ça me procure.

J’habite juste à coté d’une place qui n’a pas de nom. Elle est apparue un peu par hasard, au grès des démolitions d’immeubles successives pour un projet de rue qui n’a jamais vu le jour. Terrain vague, puis parking sauvage, aujourd’hui c’est un vrai lieu de vie et de RDV avec son jardin partagé et la terrasse du bar alternatif attenant.

Ce petit coin est une des zones les plus en vrac d’un quartier déjà bien en vrille : La Guillotière. Misère, squats et ruines urbaines y font leur lit. Quand j’ai emménagé ici, c’était la zone. Personne ne voulait habiter là. Mais c’était l’opportunité d’acheter un appart de fou à 10 min à pied de Bellecour pour le prix d’une cage à lapin en Presqu’Ile.

Et puis, dans cette zone qui semblait avoir été délaissée par les autorités, on a vu fleurir plein d’initiatives de la population. Une association qui créée des jardins à même le bitume, des familles qui se battent pour qu’un parent d’élève sans papier ne soit pas expulsé, une galerie d’art qui invente des concepts artistiques urbains, des grapheurs transformant des pans de mur en oeuvre d’art…

Cette petite place qui n’en était pas une est rapidement devenue le centre-village du coin et la vie aux alentours s’est rythmée au grès des expos, des fêtes et -mois drôle- des expulsions. Un mélange de violence, de joie, de combat, de partage.

Progressivement se sont ouverts, à proximité de la place, des établissements occupants des locaux abandonnés depuis des lustres ou prenant la place de vieux rades d’un autre temps. On a vu apparaitre des agences de graphistes, des cabinets d’architectes, des petits bars, des boutiques sympas et des réparateurs de vélos. La vie commerçante qui semblait avoir quitté ce coeur de ville, a soudain repris des couleurs.

Et puis il y a quelques mois, la Mairie (et des promoteurs) se sont dit qu’il serait grand temps de s’occuper de ce quartier laissé depuis trop longtemps à l’abandon. Tout va être rasé pour faire une jolie place.

Mon quartier, choisi par défaut, que j’avais appris à adorer va changer. Mon petit Kreuzberg à moi va renter dans le rang.J’avoue que ça me rend mal à l’aise.

J’ai le sentiment d’être un de ces p*tains d’hispters-bobos qui contribuent à la gentrification de ce type de quartier. Je tue ce que j’aime.

Je suis triste qu’on nettoie tout ça, mais aussi bien content qu’on fasse enfin quelque chose pour ce quartier.
Je suis nostalgique des vieux bistrots de quartier qui ont fermé mais je me précipite dans les nouveaux bars branchés qui ouvrent.
Je m’insurge qu’on expulse sans ménagement les gens vivant dans les squats, mais je suis le premier à les regarder bizarrement quand ils m’accostent dans la rue.
Je trouve dommage qu’avec sa réhabilitation le quartier perde de son côté populaire, mais me réjouis de ma future plus-value immobilière.

Alors, voilà, pas grand-chose à dire ou faire de plus, Juste sortir son smartphone et prendre quelques photos…en bon hipster que je suis.

Guillotiere5 Guillotiere14Guillotiere9 Guill0 Guillotiere8 Guillotiere6 Guillotiere7 Guillotiere12 Guillotiere3 Capture d’écran 2013-04-17 à 17.24.51    Guillotiere2 guillotiere1Guillotiere10

 

 

 

 

30 commentaires

  1. Ça c’est bien les hipsters ! au lieu de se battre pour que le quartier essaye de conserver son âme, ils ne trouvent rien de mieux que de le prendre en photo avec son smartphone…. Affligeant !
    Dommage, l’analyse est fine et les photos sont jolies. On aurait envie de tout faire pour sauver la Guillotière de cette gentrification !

    1. @Bond :
      Sauf que cette gentrification est déjà bien avancée, qu’elle a aussi apporté de bonnes choses et qu’elle contribue à la vie de quartier. Pour rien au monde je ne reviendrais à la Guillotière d’il y a 10 ans, c’était juste glauque et pas sympa du tout. Tous les établissements été fermés et murés.
      L’idée est plutôt d’accompagner intelligemment cette mutation.
      Parce que se battre contre des pelleteuses avec ou sans smartphone, je comprends pas trop le concept ?

      1. J’avoue avoir été un peu fort sur mon commentaire et un même un peu blessant. Je m’en excuse.

        Je comprends bien votre billet, mais quand je vois comment le plateau de la croix rousse à changé en quelque année, ça me fait chier que ça se passe de la même manière pour la Gui.

        Parce que même en accompagnant cette gentrification, il reste toujours important de se battre. Savez vous par exemple que récemment, suite à l’ouverture du Dikkenek, une pétition à été écrite par des jeunes bobos pour faire fermer le bar sous prétexte que le bruit les gênait et qu’ils n’avaient pas acheter leur appart aussi cher pour se faire emmerder par des habitants du quartier en recherche d’un peu de convivialité ?
        Et après ce son les mêm qui viendront pleurer quand leur âme de quartier aura disparue…

        Il faut savoir se battre pour les choses qu’on aime. et je pense d’ailleurs que vous l’avez compris. Vous vous faites d’ailleurs le relais de cette culture que vous aimez à travers ce billet.
        Mais attention, trop de gentrification tue les quartiers. Il faut que les anciens habitants du quartiers accompagnent les nouveaux dans une culture commune. Sinon ce sera la fin de ce que vous aimez !

        1. Ce qui sauvera peut-être l’ambiance du quartier, c’est la proximité avec les facs, ce que la X-Rousse n’avait pas. Un grand nombre de logement sont occupés par les étudiants, ils sont moins gênés par le bruit, quand ce n’est pas eu même qui le produise.
          Pour le moment j’ai l’impression que cette évolution se passe à peu près bien.
          Le seul truc que je regreterrait c’est ce coté friche et immeuble démoli qui donnait un charme certains aux lieux…
          Mais je suis sur que les graphs et autres détournements urbains reprendront très vite leur droit sur les futur installations.

  2. bien que n’habitant pas le quartier, j’ai trouvé ton billet top et il m’a carrément parlé! effectivement ca fait penser à Kreuzberg, en limite plus intimiste. Quoi qu’il advienne vous vous le réappropirez, d’une manière ou d’une autre 😉

  3. Je ne sais pas ce que la mairie est réellement en train de faire dans le quartier.
    Ils veulent quand même pas tout casser ? (ou plutôt tout combler) Si ?
    J’y suis passé hier et l’ambiance que tu décris était là, mais au milieu des pelleteuses et des barrières de chantier. ça m’a fait bizarre. En tous cas, la gentrification n’a pas (encore ?) mis un terme à la vie de quartier. Tout le monde était dehors et pas qu’à la terrasse du court circuit.
    En tous cas, le gentil « hipster-bobo » que tu es, as pris de bien belles photos, qui représentent bien l’esprit de ce quartier.

      1. J’espère bien que cet immeuble ne sera pas détruit, c’est là que j’habite 🙂
        En tout cas, merci pour ce chouette article. C’est top de voir ce que donne mon quartier en photo !

  4. J’ai quitté la Guill’ pour un quartier plus propre, plus tranquille et moins fréquenté (et avec moins de roms, oui, j’avoue, mais bon j’étais derrière le mcdo, ce n’était donc pas la même Guill’ que celle dont vous parlez) il y a 3 ans, et j’admets que j’aime quand même y faire un tour un peu nostalgique de temps en temps. Je sais aussi que je ressentirai surement la même chose si mon quartier changeait, alors j’ai anticipé, et emménagé dans une rue toute neuve où il n’y a rien à détruire ni à construire. 🙂
    Je ne sais pas trop quoi penser de ces changements , peut-être que ça me fait aussi un peu penser au marché de la mode vintage, il y a 10 ans, c’était tellement différent (et tellement mieux à mon gout et au gout de nombreuses personnes) j’aurai voulu que jamais personne d’autre que les vrais lyonnais ne connaissent l’existence de ce marché. Un pincement de possessivité aujourd’hui.
    Oui c’est ça, ça me procure la même sensation.
    Pour conclure, j’espère que ce sublime tag d’africaine sera sauvegardé, il est vraiment magnifique.

  5. Quand je lis que « la Guillotière craint », je me demande si les gens ont déjà été voir vers les Etats, ou même en banlieue directe Saint Fons, Vénissieux ou Vaulx-en-Velin…

    1. @JS : Disons que la Guillotière concentre un gros paquet de truc « craignos » alors qu’en banlieue c’est plus étalé et moins concentré sur un seul point. Dans un seu la quartier on a : de la drogue, de la prostitution, des roms, des sans-papiers, un des plus grand centre d’hébergement de SDF du coin, des friches urbaines, du tags de partout…

  6. J’habite à 2 jets de pierre de là et je ne savais pas que des amenagements allaient etre entrepris. Je suis d’ores et deja triste que le jardins des amaranthes ne soit pas conservé en l’etat.
    C’etait vraiment un truc à part. Un posé là par hasard et pourtant vrai point de concentration de la vie locale. Un veritable repere dans un quartier essentiellement constitué de locaux muré (il faut bien le reconnaitre).
    En suivant le lien de loco motiv on a tout de même l’impression que cela ne s’est pas fait sans concertation et c’est bien.
    Mais les remarques de Blond sont justes. Il faut savoir se manifester quand le cadre de vie qu’on aime fout le camp.

    1. @Biiij : le jardin sera dépacé mais sera un peu moins central. Les gens de quartiers se bougent pas mal mais tout n’est pas simple.
      Un peu de nettoyage ne fera pas de mal, mais il faut pas que le lieu finisse aseptisé.
      Non à une X-Rousse bis.

  7. Réflexion intéressante que j’ai pas mal partagée, ces derniers temps, avec les gens du quartier. Oui, un coup de neuf c’est bien, l’aménagement d’un espace aéré et convivial, on est pour. La dynamique de quartier n’en sera que meilleure. Mais si c’est pour le rendre inaccessible aux petites bourses et du coup transformer le visage du quartier, alors autant changer son nom. Ce ne sera plus la Guillotière. Ce ne sera plus l’îlot Mazagran. La richesse de ce coin du 7è, c’est sa mixité, son mélange de genre, à tous niveaux : culture, âge, milieu social, architecture, commerces, infrastructures…
    Le risque est là, comme l’a dit Qyrool : une croix-rousse bis. Le chemin est déjà bien entamé. Et même si la mairie affirme qu’il n’y aura pas d’augmentation de loyers due aux travaux d’aménagement, chose que j’arrive difficilement à croire, j’espère que nos élus resteront vigilants à préserver l’âme de ce quartier, ce qui fait qu’on l’aime tant et qu’on y revient, ce côté pluriel.
    En tous cas, très belles photos et merci d’avoir mis en avant le sujet !

    1. En aparthé : Merci pour le commentaire. En ce qui concerne le loyer, je pense que la hausse est déjà bien entamé.
      Et que le coin soit refait ou pas, ça ne changera pas grand chose. Dans une ville qui accueille chaque jour de nouveaux habitants et qui a une pénurie de logement, la hausse est générale et n’épargne aucun quartier.
      Pour l’ambiance c’est à nous de jouer. Pour les loyers malheureusement ça se joue à une echelle beaucoup plus grande.

  8. Superbe note…
    Ça fait plaisir de voir raconter son « coin » de Lyon avec sensibilité. Je ne connaissais pas cette place, mais je comprends le sentiment de voir disparaître une partie de son chez soi qu’on a appris à aimer (le meilleur comme le pire), et l’envie de partager les histoires, les anecdotes, les photos, pour transmettre tous les souvenirs et les émotions qui vont avec…
    Beau regard, beau texte, belles photos, je regrette de pas avoir connu ce coin avant les pelleteuses !

    1. Merci pour le commentaire.
      Les peleteuses n’ont pas encore tout détruit. Il est encore temps pour une petite bière locale à la terrasse du Court Circuit pour profiter de l’ambiance de cette non-place 🙂

  9. Article très intéressant. J’habite là moi aussi et je ne connaissais pas du tout les projets de la mairie. J’adore le Court-circuit et sa terrasse, j’espère que cette ambiance de quartier va rester. La hipster que je suis aussi trouve tes photos très sympas 🙂

  10. Merci pour ton billet et tes commentaires Qyrool. Je milite dans le 7ème depuis 4 ans et ai fini par acheter dans le quartier (rue St Michel) il y a 2 ans et je ressens exactement la même chose.
    Clairement le quartier a besoin d’un coup de neuf, il y a des immeubles qui menacent de s’effondrer, plein de façades qu’un coup de peinture rendraient bien plus belles, des dealers qu’on verrait volontiers partir (quoiqu’ils ne m’ont jamais emmerdé autrement que par le fait que je n’aime pas leur commerce).

    Et puis il y a la vie de quartier (à laquelle je ne participe pas assez hélas), la mobilisation magnifique autour des Roms cet été, les jardins, etc. Mais ça, ça n’est pas le projet de l’ilôt Mazagran qui le fera partir, c’est l’éventuel flux de couillons comme ceux dont parle un commentaire qui veulent le quartier vivant mais qui fait pas de bruit passé 22h. Et ça, il y a moyen de l’éviter. D’abord, et en tant que militant PS j’ai confiance là dedans, en faisant en sorte qu’il y ait toujours des logements sociaux dans le quartier, mais surtout avec des asso culturelles de quartier qui organise une vie dynamique et qui désamorce les tensions comme celles autour des bars par le dialogue et le vivre ensemble.

    Et puis, le resto africain en bas de chez moi dont la clientèle parle fort dehors les nuits d’été, j’ai pas envie qu’il parte et avec lui une part de l’âme du quartier. J’ai plutôt envie qu’on réfléchisse à de la végétation urbaine qui amortira les sons et rendra le coin encore plus beau. Non mais.

  11. l’ilot mazagran….haaa ce magnifique carré grillagé orange squatté uniquement par les bobos du quartier qui y cultivent leurs petits légumes et s’y font bronzer l’été sur leurs petites chaises avec leurs petits enfants…..en prenant bien soin le soir de refermer leur petit cadenas pour que les méchants roms/arabes/carlouches du quartier ne viennent pas foutrent la merde dans leur petit paradis du centre ville…….J’habite le quartier depuis 17 ans et à l’époque ma copine habitait le 55 rue Montesquieu, j’ai donc un très net souvenir de l’immeuble qu’il y avait avant cette horreur grillagée qui met bien les nerfs à tous les « anciens » du quartier……Ensuite j’habitais rue de la Thibaudière et j’ai bien eu les nerfs quand notre parking sauvage a été remplacé par un espace privé pour les mêmes bobos du quartier qui font monter les loyer…..le but de la mairie c’est de faire partir tous les « pauvres » du quartier, et les immigrés (comptez le nombre de parc pour enfants et comptez le nombre d’enfants et vous comprendrez qu’on fait tout pour nous faire partir)….mais moi je m’en fous!! j’ai un logement HLM à côté de l’école et on n’est pas prêt de me voir partir!!!!
    Par contre pour l’esprit du quartier j’ai quand même des doutes…parce que la Guill’ c’est un quartier d’immigrés depuis toujours!! et c’est pas les bobos qui lui ont donné son âme!! c’est les arabes, les juifs, les italos, les asiatiques, les blacks, et les putes qui y ont toujours été, ainsi que les vendeurs de shit……on ne peut pas aimer ce quartier et vouloir le changer!!! on ne peut pas aimer ce quartier, y vivre, et ignorer les projets de la mairie (personnellement ca fait au moins 5 ou 6 ans que j’entends parler de ce projet et c’est avec grand peine que je le vois se réaliser)!! c’est justement parce que les immeubles étaient vétustes que les immigrés y venaient…retapés, ils n’attireront plus la même population….et dire qu’à l’origine ces bâtiment étaient construits pour y loger tous les travailleurs pauvres de la ville (presqu’ile!!)
    oui vous finirez par tuer ce quartier!!! mais on ne se laissera pas faire!! même les pauvres ont des droits!!! et les vendeurs de shits vendent en bas de chez eux….foutez leurs la paix!! parce que comme vous dites, c’est pas eux qui vous feront chier……
    en attendant si vous voulez découvrir votre quartier, sachez que chaque année au début de l’été, se tiens derrière l’église St André, le pic nique de la Guill’…cette année c’est le 5 juillet, yaura des tables, des barbeuks et les VRAIS du quartier!!! ces immigrés des la 1ere heure, et là vous verrez le vrai visage de notre quartier….et qui sait!!?? si vous êtes forts, peut être que vous me reconnaitrez…..?
    en fin je me permets de vous conseiller un livre:Place du pont ou la médina de Lyon (azouz begag) et vous comprendrez peut être mon quartier….;)

    1. Mmm oui les bobos sont d’horribles personnes parasitant tous les quartiers qu’ils envahissent tels des vermines…
      Non, mais bonjour la caricature !

      Il y a eu plusieurs tentatives d’ouverture au public du jardin partagé le résultat a été le même à chaque fois : saccage du lieu (arrachages de plantes, excréments et urines dans les plantations). Pour avoir accès au jardin, qui reste fermé au public, il suffit de rentrer dans l’une des associations qui le gèrent ce qui est donné à tous le monde… pour peu qu’on s’en donne la peine.

      Et puis tu sais les bobos ne sont pas des rentiers, certains ne roulent pas sur l’or, ils ne s’installent pas là pour faire chier le monde, mais parce que c’est un des seuls quartiers de Lyon qui reste abordable. Aujourd’hui ce sont parfois aussi eux les travailleurs pauvres de la ville (Presqu’Ile).
      Pour l’augmentation des loyers c’est toute la ville qui est concernée. Dans une ville qui accueillent toujours plus d’habitants les quartiers centraux augmentent. Aucune ville en expansion n’échappe à cette règle. Avec ou sans bobos, le quartier de la Guill’ vont augmenter.

      L’esprit de la Guillotière c’est avant tout le brassage. C’est un quartier qui a su au fur à mesure des vagues d’immigrations et des projets urbains s’adapter évoluer pour accueillir chacun. Après les populations d’Asie, d’Europe du Sud, d’Afrique du Nord, d’Afrique Noir, d’Europe de l’Est, après les toxicos, les SDF, les étudiants, les bobos s’installent à leur tour dans le quartier et sont plutôt respectueux de l’état d’esprit Guill’. J’ai plutôt l’impression que ce sont les personnes qui les dénigrent, les prennent pour des boucs émissaires, qui ne font pas honneur à l’esprit d’accueil et de mélange de la Guill’.

    2. Et bien pour quelqu’un qui loue et revendique la mixité culturelle de ce quartier je te trouve bien sectaire. J’ai moi-même vécu 17 ans dans ce quartier que j’ai du quitter depuis 2 ans et je dois dire que j’ai l’estomac qui se noue à chaque fois qu’il m’arrive d’y passer tant il me manque. Alors certes il est en voie de « Boboïsation » et les prix grimpent en flèche (c’est d’ailleurs un peu à cause de cette augmentation que j’ai du m’exiler.) mais dire que la Guill’ est un quartier uniquement d’immigrés je trouve cela un peu réducteur, car c’est justement le mélange qui fait la richesse de ce quartier, et je l’ai toujours connu certes cosmopolite, mais aussi avec son lots d’étudiants, de vieux « historiques » bien français voir franchouillards, de jeunes couples venant s’installer là parce que c’est l’un des seuls quartiers abordables du centre.
      Je me souviens aussi de l’immeuble qu’il y avait avant cette horreur grillagée, comme tu dis, mais pourtant je préfère celle-ci au terrain vague chiotte à chiens et à SDF que c’était devenu ou à un énième bâtiment de cage à Lapin pour étudiants qui n’aurait pas manqué d’y voir le jour. Après oui, c’est fort dommage que l’endroit soit clos, mais c’est malheureusement le prix à payer pour éviter que certains crétins ne saccagent tout.
      Les vendeurs de shit comme tu dis ne m’ont jamais plus dérangé que par leur rigolo « ksss tu cherches kekchose ?  » par contre voir des mecs les yeux embués s’échanger des sachets ou se piquer en pleine rue sur le passage des écoliers ça me fait moins kiffer (je n’exagère pas c’est du vécu !)
      Bref je n’ai pas moi non plus envie que ce quartier (mon quartier ai-je failli dire, alors que je lui appartient plus que l’inverse) se transforme en plateau de la X-rousse 2, mais je n’ai pas non plus envie qu’on le laisse se délabrer et se ghettoïser, et que l’on stoppe le bouillonnement culturel qui y a vu le jour depuis un dizaine d’année et que je trouve fort sympathique.
      Enfin j’ai toujours eu du mal avec ceux qui se considèrent comme les VRAIS, au point d’avoir immanquablement envie d’y associer un mot de 3 lettres (4 pour le pluriel)

  12. Ahhh la gentrification… Je vis a Portland, Oregon (berceau des hipsters haha) et ma foi, on a bien vu la ville se transformer de la meme maniere, tristement un peu… mais faut voir aussi les gens qui se battent dans ses quartiers, pour, comme tu l’as si bien dit en reponse a un com, accompagner intelligement cette gentrification, et surfer dessus de maniere positive, incluant les autochtones, les etudiants et nos chers bobo/hispters hehehe! Le vrai probleme de la gentrification aux usa et en France aussi je presume, c’est cette putain d’augmentation des loyers qui peu a peu met dehors les habitants originaux, issus de la classe populaire, qui n’ont plus les moyens de se payer une location dans ces kieux hypes… et ca, ca rend n’importe quel quartier bobo-joli-trendy-secure- moche, tres moche… Ahh, Lyon me manque! Vais-je la reconnaitre lorsque j’y retournerai un jour? <3

  13. Moi j’habite pas loin depuis quelques mois et j’aime ce quartier tel qu’il est avec quelques rénovations peut-etre mais je suis très triste que ce jardin doive changer de place, je pense que la Mairie pourrait le garder tel qu’il est, il est vraiment magnifique, les architectes pourraient mettre un coup de crayon plus loin leur projet et le laisser là ou il est, avec l’accord du Maire, de la région ou de je ne sais qui de responsable. Mais est-ce que quelqu’un de ceux ci serait déjà venu voir ce jardin.. S’ils se donnaient la peine de le faire, ils en tomberaient
    amoureux… en tout cas je le souhaite.

  14. Cohabitation entre nouveaux de la gentrification et anciens de quartiers est impossible.
    Ces derniers voient leurs loyers augmenter, leurs proches s’éloigner, et feront de même sous peu ou bien résisteront avec en contre-partie moins de sous dans leur porte-monnaie.

    La vraie politique serait celle du respect pécuniaire.
    « Tu veux venir dans mon quartier ? d’accord. Tu veux acheter un bien ? D’accord, en plus on ne te le vend pas trop cher.
    Tu le rénoves ? Pas de souci si tu en as les moyens. Tu veux le revendre à prix d’or ? Alors là non, ne nous prends par pour des cons. »
    C’est pas demain la veille.

    Les magasins de quartier, les petits bistrot, comment feront-ils, s’ils voient leurs loyer augmenter significativement et sans raison, pour continuer à servir les quelques habitués ?
    Le lien social se perd alors, le souffle froid de la plus-value immobilière faisant son apparition.

    Tu veux retaper ton quartier pour qu’il soit meilleur ? Fais-le sans l’aide de la ville.
    Faites-le pour vivre mieux, y compris financièrement, mais sans aspiration à faire un maximum de profit.
    Achetez tant qu’il est temps et instaurez des règles de vie simple. Cotisez-vous s’il le faut. Ne vendez pas à n’importe qui, satisfaisez-vous de l’argent que vous avez, ne faites pas flamber les prix, régulez ensemble, au non du quartier. Restez soudez et travaillez ensemble.

    Le logement, cancer de la société, qui ne se soumet à aucune règle ni à aucun respect.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*