Difficile de se faire une idée de Milan. C’est simple, on ne sait pas grand chose sur elle.
De Rome on connaît l’histoire, Florence c’est la ville musée, Venise est un cliché, Naples c’est le vésuve et la pizza, Palerme la mafia… La plupart des villes Italiennes nous évoquent des tas d’histoires et ont une forte identité. 
Pas de chance quand même.

Milan, c’est quoi ? La capitale économique du pays ? On en connaît vaguement le foot, le design, l’escalope, l’expo universelle… et basta.

On débarque dans une grande ville aux rues pavées. Propre, bruyante, effervescente. Avec son défilé de camions poubelles, trams grinçants et claquements de talons sur les trottoirs.

A propos de défilé, ce weekend sera bousculé par la fashion week qui n’était pas du tout prévue lors de la préparation du séjour, mais qui s’incrustera partout dans notre périple. Musées transformés en show-rooms, privatisation des roofs top, ruelles bondées de starlettes japonnaises et fashionnistas aux aguets.
Pénible, et drôle.

Il y a du monde, il y a du bruit, il y a des chienchiens mignons, plein, et aussi pas mal de touristes.

Alors, Milan ?
Guindée ? hautaine Chic ? oui, mais heureusement, pas que.

La plupart des Italiens croisés sont d’accord là dessus. A Milan, vis comme les Milanais. Va prendre l’apéro sur des toits terrasses un peu chic, rentre dans des boites branchées, soit extravagant, laisse le métro aux pauvres. Mais Milan, c’est aussi la ville de l’Apéritivo (cette fabuleuse invention conviviale qui consiste à te servir gratuitement au buffet pendant que tu bois ton cocktail). Brasseries locales, clubs déjantés, DJ branchés, friperies vintages, cuisine fusion. Une ville de designer et d’events planner. Une ville de créatif qui, à défaut d’avoir un passé aussi clinquant que ses voisines s’ouvre à la création artistique et à la décadence contemporaine.

Jour 1

Résumé de la journée :

Matin : Hyper centre, Duomo & quartier Navigli
Aprem : Triennale di Milano
Soir : Quartiers Porta Nuova & Isola


Notre visite commence tôt, dans l’hyper centre, face à une divine et légère brioche de la boulangerie Marchesi (brioche vuota – 1,60€) qui goûte bon la fleur d’oranger et empoudre nos mains de sucre glace.
Plus d’infos dans la rubrique nos bonnes adresses

Il est encore tôt, le Duomo n’est pas encore ouvert au public, et nous errons dans les grandes rues du quartier chic. Partout où on lève la tête, des façades ostentatoires et des portes gigantesques de grandes banques nous font face. On en profite pour faire un tour dans la titanesque Gallerie Vittorio Emmanuel II, tout autant désertée que le reste de la ville.

Passage obligatoire sur les bourses du taureaux en mosaïque (c’est bon pour la fertilité, sait-on jamais), un arrêt photo devant la boutique borsalino et on décide de chercher le vieux café Giacomo. Il est beau, avec ses miroirs démesurés, ses dorures et sa hauteur sous plafond. On y croise pas mal d’habitués. Des employés de bureaux pressés de gober leur ristretto avant le boulot, mais qui prennent quand même le temps de faire la causette avec le barman.
Plus d’infos dans la rubrique nos bonnes adresses

Le Duomo, Donc. Cette fameuse cathédrale néo-gothique (C’est la troisième plus grande église du monde quand même) ouvre son toit terrasses aux touristes qui veulent approcher de plus près le ciel et les gargouilles facétieuses. D’ici on a une vue. Enfin, LA vue. L’unique poste d’observation du centre ville culminant à 107m.

Bouilla !

Le paysage est fou. On aperçoit la skyline du quartier Porta Nuova et on constate que la ville est en fait beaucoup beaucoup plus grande que dans notre imagination (et que Lyon aussi) et qu’il va nous falloir trotter sévère si on veut se faire une petite idée de la question.

A l’ombre des flèches et du clocher, on se repose en observant le paysage et la bloggeuse mode qui fait voleter sa robe de soie blanche sous les consignes de son copain photographe (c’est une scène que l’on va croiser donc à peu près 124 fois en 48h).
Plus d’infos dans la rubrique incontournables

11h30 – un p’tit creux ?

L’incontournable étape suivante,  dont tout le monde parle dans TOUS les guides, c’est les Panzerotti de chez Luini.  Et effectivement, c’est délicieux. Frit, Gras comme tout, fondant, pas cher (2,50€), tout chaud (et plein d’amour).
Plus d’infos dans la rubrique nos bonnes adresses

Par un saut de tram on se dirige vers notre quartier de résidence Navigli pour faire une pause chez Iter. Un petit café/resto charmant à la déco vintage qui propose une carte réduite de pasta. On flâne tranquillement et on profite d’un quartier bucolique très nature et calme en journée, contrastant avec l’effervescence de ses soirées (mais ça, c’est une autre histoire).
Plus d’infos dans la rubrique nos bonnes adresses

16h30 – l’heure de la Gelata
C’est une tradition Italienne qui n’a malheureusement pas vraiment franchi la frontière, mais en Italie, à chaque sortie d’école, c’est GELATA pour tout le monde. Les enfants, les mamans, les nounous… (quelques papas aussi). On trouve de bons glaciers de partout.
J’aime les traditions autant que les glaces. hop ! Chez Shocholat, qui, comme son nom l’indique n’est pas spécialisé dans le sorbet au fruit, je me régale d’une stracciatella/chocolat amareto.

Plus d’infos dans la rubrique nos bonnes adresses

Difficile de faire les touristes tranquillement dans cette ambiance survoltée de fashion week. En voulant visiter la Triennale di Milano (musée du design), on se retrouve en plein défilé Versace à slalomer entre photographes, groupies en talon et montées des marches. On atteint quand même l’expo temporaire destinée au design pour enfant qui est vraiment géniale et super ludique (et ouverte jusqu’au 18 février 2018).

Plus d’infos dans la rubrique incontournables

En faisant un peu les curieux nous voilà au dernier étage, où se retrouve dans un bar un peu guindé avec une vue de fou sur le parc du musée et la skyline Milanaise. Pas le temps de prendre une pause et c’est bien dommage car ce spot nous sera conseillé par une franco-Italienne un peu plus tard.

Plus d’infos dans la rubrique nos bonnes adresses

19h – Quartier Porta Nuova
Un petit tour de tram rétro plus tard, on débarque dans un immense quartier d’affaire qui sort tout juste de terre (début des travaux en 2009). C’est un peu dingue de voir des projets foufou comme le bosco vertical ou la piazza gae aulenti et son centre commercial . Un quartier qui inclut poésie et végétation à de clinquantes constructions de verre et offre une skyline qui rivalise sérieusement avec les grandes capitales européennes.

Plus d’infos dans la rubrique insolites

Caché derrière, se trouve Isola. Qui ne se trouve pas sur une île, mais est juste un peu coupé du reste du monde. C’est le quartier branché en plein hipsterisation.

19h – c’est l’heure du début des festivités – apéritivooo !!!

On ne raterait ça pour rien au monde. Pour notre premier apéritivo, nous choisissons un lieu un peu atypique et très cool dans Isola. Le bar Frida se situe dans une grande cour sous une verrière industrielle où l’on boit un Spritz à la rose et un Moscow Mule (Petit point mixologie, mais le Moscow Mule, c’est de la vodka et du gingembre – en gros – et c’est LA boisson qui détrône le Mojito un peu partout en Europe. Milan n’échappe pas à la règle et en propose dans tous ses bars). On se rue vers le buffet (à volonté) en refrénant nos ardeurs de touristes français (gratuitgratuitgratuit) et on remplit l’assiette de bâtonnets de légumes frais et de goutteuse foccacia.
Les prix des cocktails sont similaires à ceux de Lyon (8€), mais les spritzs coûtent 5€. Ce qui est plutôt cool pour s’enivrer local.

Plus d’infos dans la rubrique nos bonnes adresses

20h – On continue à pied un peu plus au sud de Porta Nuova, vers Corso Como.
Un quartier assez chic dans lequel on trouve de bonnes adresses de restaurants gastronomiques. Nous en avions noté une, Pisacco, reconnue pour ses Risotto. Et effectivement, je dois l’admettre, je mange ici le meilleur risotto de ma vie (oui oui oui), au Quartirolo di capra (fromage de chèvre), prune fumée et zeste de citron, accompagné d’un délicieux vin Montalcino.

Plus d’infos dans la rubrique nos bonnes adresses

Jour 2

Cette journée sera placée sous le signe du “pas d’bol” avec tout ce qu’implique des plantages d’horaires et étourderies dans une ville qui est, en fait, vraiment grande. Entre Rooftop privatisé pour cause de Fashion week ou marchés aux puces ouverts que le 3 eme dimanche du mois, on a un peu joué de malchance.

Résumé de la journée :

Matin : Quartier Lambrate
Aprem : Quartier Brera, Quadrilatero della moda & Fondation Prada
Soir : Navigli


10h – Coffee time

Le café en Italie, c’est l’institution qui nous fait adorer ce pays. La plupart des gens gobent leur shot de ristretto accoudé aux bars et filent en lançant “ciao gracié” à la cantonade. C’est ce qu’on fera chez Pulia, une petite chaîne conviviale. On l’accompagne d’une pâtisserie à la crème de noisette et on file à la gare prendre le métro.

Plus d’infos dans la rubrique nos bonnes adresses

Il y a 4 lignes de métro à Milan et un nombre incalculable de lignes de tram.
Pour autant, les temps de trajets en centre ville ne s’en retrouvent pas si réduit. On compte environ 45 mn pour parcourir le diamètre de la ville à pied (intramuros), contre environ 35 mn en transport en commun. La différence fait souvent pencher pour la marche à pied. Ou le vélo, que les Milanais sont de plus en plus nombreux à utiliser (et qu’on peut emmener dans le métro).

Mais aujourd’hui, nous décidons de partir à la découverte de quartiers plutôt en retrait du centre et qui se situent de l’autre côté de la voie ferrée périphérique, osons le dire… en banlieue.

10h30 – Lambrate
Connue pour sa vie culturelle et artistique, le quartier commence à se branchitudiser et à attirer les promeneurs du weekend. Surtout le 3 eme dimanche du mois, pour les fameuses puces du East Market (qui ressemble beaucoup à nos puces du canal)

Ce quartier nous plait tout de suite avec son mélange de ruelles de petit village et ses vieilles industries. Ce jour là,  petit marché anime le quartier. Dégustation de fromage, petit concert de Jazz, stands d’illustrateurs et créatrices de mode et des chiens mignons de partout. On sait comment tout ça va finir.

Plus d’infos dans la rubrique insolites

Une rue plus loin, changement d’ambiance avec un gros complexe de galerie d’art. 

Plus d’infos dans la rubrique Insolite

Le temps d’une petite pause café dans un charmant Diner américain dont la terrasse surplombe le marché aux puces. Un lieu parfait pour déguster des burgers savoureux et originaux à base de tartare de poisson et d’avocat. Branché, mignon et avec une chouette terrasse : Parfait !

Plus d’infos dans la rubrique nos bonnes adresses

On passerait bien la journée ici (surtout si on n’avait pas loosé sur les horaires), mais d’autres quartiers de Milan nous attendent.

13h30 – La Brera

Le quartier de Moscova est très animé en ce samedi. Les rues semies-piétonnes débordent de badeaux. Sur le cours Garibaldi, nous croisons ici des peintres de rue, des jeunes branchés et des familles en goguette. On espère pendant quelques minutes pouvoir manger dans un des fameux restaurant fusion Japonnais brésilien (Temakinho Milan Brera) mais la foule devant la porte nous en dissuade.

Pendant le weekend, on va d’ailleurs croiser un nombre dingue de resto japonais, de type sushis chics, fusions, ou cantines à ramen. Certains sont très très prisés et hors de prix (comme le Sushi bar Armani, ou leXXX). On se console avec une foccacia correcte (mais pas assez cool pour en parler), un Cannolo Sicilien et une glace à la crème de montagne.

Notre visite se poursuit par la recherche du jardin botanique, en passant par le mini-quartier historique de Brera, aux ruelles étroites et calmes… en temps normal. Mais, pour ce weekend, c’est raté. C’est le magazine Elle qui a pris possession du charme des rues, en créant un couloir de parapluie. Encore un repère à fashionistas.

Après quelques détours, nous finissons par trouver le jardin botanique, littéralement caché au fond à droite de la Pinacoteca di Brera. Ce musée est un des plus importants d’Italie, et si, comme nous, vous n’avez pas le temps de vous offrir la visite de ses 38 salles, jetez au moins un œil à son patio en admirant le splendide bronze de Napoléon façon antique.

Plus d’infos dans la rubrique incontournables

Absolument charmés par l’atmosphère romantique qui règne dans le jardin (et les toilettes gratuites), nous goûtons ENFIN à la sérénité au cœur de cette ville éprouvante.

Plus d’infos dans la rubrique insolites

16h – Quadrilatero della moda
Nos jambes reposées, nous décidons de continuer à affronter la foule dans le quartier ultra chic du Quadrilatero della moda .
Un samedi après-midi. Pendant la fashion week.
Faut-il être fou ?

La couleur (platine) est annoncée dès l’approche de la via montenapoleone, autant par les typologies de voitures que les races des petits chiens. C’est bien simple, ici, si tu n’as pas de sac Chanel avant 40 ans, tu as raté ta vie. Je reste assez mitigée quant à l’utilité de passer par ce quartier quand on est là pour un City Break assez court. Même si après tout, c’est aussi ça Milan.

Plus d’infos dans la rubrique insolites

17h30 – Fondation Prada
Cette plongée au cœur de la jetset Milanaise nous aura bien calmé pour la journée. Et pourtant, il nous reste encore une étape à faire. Changement de quartier, changement d’ambiance !

La Fondation Prada dans l’ancien quartier industriel de Largo Isarco, est à mon sens vraiment un incontournable. Ne serait-ce que pour son architecture (une ancienne distillerie réhabilitée par l’agence OMA), cet espace assez dingue (le bâtiment phare est recouvert de 4 kg de feuille d’or, en toute simplicité) traduit une fois de plus de faste de la ville, associé à son fort passé industriel.

Plus d’infos dans la rubrique incontournables

On découvre également de splendides toilettes (pour moi, ça veut dire beaucoup), ainsi que le petit café-snack choupi et rose poudré, créé par Wes Anderson. Prendre une pause jukebox ici nous tentait bien, mais on a eu peur de la horde de modeuses devant le comptoir.

19h – retour dans l’Hyper-centre
C’est l’heure des sorties de bureau. La place du Duomo est remplie de très jeunes business men répondant à l’appel du weekend et du Spritz. La ville s’agite en manque de rooftop et d’apéritivo. Et nous aussi.

La Terrazza Martini se situe dans un des immeubles les plus moches du quartier, mais a le mérite d’être vraiment haut perché. Son entrée n’est pas évidente à trouver (on l’a trouvée) et la vue est splendide (sauf qu’on ne la verra jamais).
Une fois de plus, c’est un gros échec pour nous et les quelques jeunes Milanais dépités, qui, comme nous ont trouvé porte close. La terrasse sera privatisée ce soir là pour un événement de la fashion week. Plus classique et incontournable, sur le flan gauche du Duomo, se trouve les terrasses Aperol et son célèbre spritz. Mais bondées, et avec une file d’attente défiant la gravité, nous décidons de fuir.

20h Navigli – de nuit
Après ce cuisant échec, on décide de rejoindre au plus vite (histoire de ne pas rater les horaires de l’aperitivo) le quartier de la fête et de la jeunesse : Navigli.
Pour se repérer, on a qu’à suivre le flot de jeunes se mouvant en joyeux groupes vers les remparts sud de la ville (la porta Ticinese).


Sur notre chemin, nous croisons la splendide Basilique San Lorenzo Maggiore et la grande place des Colonnes de San Lorenzo, qui a su garder sa fonction de le Plaza à l’Italienne, où les gens de toutes générations se retrouvent pour s’asseoir et papoter. 

Il n’est que 20h, et pourtant, l’ambiance est survoltée. Les terrasses sont bondées et les quais pavés longeant les canaux blindés de jeunes déjà enivrés.

Nous voilà ENFIN installés en terrasse du Elita Bar, avec notre Moscow Mule et Whisky Sour ET une assiette de tapas offerte.

Plus d’infos dans la rubrique nos bonnes adresses

Pour le repas du soir, la super pizzeria que nous avions repérée a… déménagée à l’autre bout de la ville (évidemment, la chkoumoune continue), mais le Striatelle de Mafalba est bien là lui. On y mange pour pas chère leur spécialité, le Stratelle, qui est une sorte de pâte à pizza moelleuse et croustillante, fourrée comme un sandwish. Le vin rouge pique un peu, mais pour le prix de la bouteille, on lui pardonne à peu près tout.

Plus d’infos dans la rubrique nos bonnes adresses

Point Style : Beaucoup d’Italiennes portent des chaussures à talons. Et plutôt dans le genre 10cm et tout fins. Les quais de Navigli sont quand à eux recouverts de petits galets plantés verticalement dans le sol. Ce qui est une torture, même quand on porte des snikers. C’est un vrai miracle. Les femmes ne titubent pas. En revanche, pour se déplacer, elles ont besoin d’un compagnon (ou d’un groupe de copines) auxquels elles s’agrippent sauvagement.

Le long des ruelles et canaux de Navigli, la foule s’intensifie encore et nous passons de bar en bar en dégustant de généreux verres de vin rouge (au Vinata à 4€ le verre) et en observant la jeunesse locale s’encanailler.

Plus d’infos dans la rubrique nos bonnes adresses

Jour 3

Nous avons encore le temps de traîner dans la ville une bonne demi-journée avant de prendre notre avion.

Résumé de la demi-journée :

Matin : Quartier Cinque Vie & église de San Maurizio

9h – Petit matin friperie
Dans Navigli, la fête de la veille a laissé place à des trottoirs propres, quelques terrasses de cafés et des friperies qui ouvrent en fin de matinée. 

Pour mon petit dej, je décide sans raison de craquer pour un cornet de friture du kiosque de poisson ouvert sur la place et qui me fait de l’oeil depuis le début du séjour. Le poisson est délicieux, les encornets et calamars sont frais et la panure toute légère. je me régale ! (Il Kiosko)

Plus d’infos dans la rubrique nos bonnes adresses

Pour terminer le séjour touristique, nous avions prévu de faire un crochet par la très belle Église San Maurizio al Monastero Maggiore (bonne surprise : l’entrée est gratuite). Nous restons fascinés de longues minutes devant la richesse des fresques murales qui racontent l’histoire de la bible telles des cases de BD.

Plus d’infos dans la rubrique incontournables

Comment ne pas terminer un bon séjour en Italie, sans pizza ? En laissant faire un peu le hasard, et beaucoup google map, nous terminons le séjour par une Calabrese et une fumata (à la mozza fumée) chez Pizza Luna Rossa. Le service est super gentil et rapide, et les pizzas bonnes, copieuses et pas chères.

Plus d’infos dans la rubrique nos bonnes adresses

C’est l’heure de filer prendre l’avion. Il y a des navettes toutes les 30 minutes environ, et il faut compter 50 minutes de la gare centrale. Donc, prévoir de la marge ! (L’aller-retour coûte 14€ si on réserve en ligne). Nous gardons pour unique souvenir 2 grosses parts de Panetone (acheté à la boulangerie Marchesi) qui feront un parfait goûter dans l’avion.

Jardins privés en pleine ville. Parfois, ça vaut le coup de pousser quelques portes.

Bref…

Le weekend a été super intense. Milan est une grande ville très animée, avec plein de quartiers et de lieux qui ne demandent qu’à être visités. Evidemment, on peut y aller pour faire la fête le temps d’un weekend, et on ne sera pas déçu du voyage.
Mais je conseille d’y rester au minimum 3 jours entiers et de prendre le temps de flâner dans les ruelles, de se poser dans les nombreux cafés, de faire les marchés aux puces (donc les 3eme weekend du mois), et les nombreuses friperies, de baver dans les boutiques de designers, de pousser les portes pour s’étonner devant de magnifiques jardins intérieurs, et de profiter des nombreux lieux culturels et artistiques planqués un peu partout dans la ville.

Petit clin d’œil au mini karl lagerfeld gonflable qui nous aura suivit tout le weekend.
J’en veux un !

Toutes nos bonnes adresses ici :