Tunnel du gout 1

Comment une si bonne idée a-t-elle pu tourner au fiasco ?

Lors du dernier Sirha, il y a 2 ans, nous avions publié un article exprimant notre souhait de voir le salon s’ouvrir au grand public avec un vrai festival de la gastronomie à Lyon.

Alors quand on a appris la naissance de BIG Lyon, la Biennale Internationale du Goût, nous avons applaudi à tout rompre. Nous étions d’autant plus excités que ce nouvel événement avait pris le parti, comme beaucoup d’autres festivals lyonnais, d’investir les rues et les lieux symboliques de la ville.

Le clou du spectacle devait avoir lieu samedi dernier, avec l’organisation d’un banquet géant sous le Tunnel Mode Doux de la Croix-Rousse. Malheureusement le Tunnel du Goût a viré au dégoût en raison d’une organisation chaotique et d’une programmation bâclée.

Récit d’une soirée coincée dans un tube digestif très encombré.

Bouchon à l’entrée du tunnel

18h : Pour une fois nous avons été prévoyants. LeSud, Le Piaf Fou et moi avions réservé nos entrées et nos jetons (pour pouvoir consommer une fois à l’intérieur) par Internet et nous nous sommes pointés pile à l’ouverture. Nous pensions que cela nous permettrait d’accéder assez rapidement aux stands et de profiter des meilleurs produits avant tout le monde.

GROSSIÈRE ERREUR

Visiblement tout le monde a eu la même idée et à notre arrivée, c’est un gros amas d’un millier de personnes qui s’agglutine devant le pauvre guichet. Aucune signalétique, aucune file d’attente, les gens tentant de prendre un billet d’entrée s’entassent sur ceux cherchant à retirer leurs jetons, tandis que d’autres cherchent désespérément l’entrée. Les 2 pauvres intérimaires remettant les précieux jetons semblent dépassés par la foule et par leurs appareils qui n’arrivent pas à scanner les QR codes. C’est la panique. Des enfants pleurent, des handicapés manquent de se faire piétiner, des messieurs très énervés commencent à s’engueuler à défaut de trouver du personnel d’accueil à enguirlander. De notre coté, nous faisons bloc et avançons tant bien que mal pour récupérer nos précieux jetons en jouant un peu du coude.

18h40 : Alléluia ! Après avoir scanné 30 fois nos QR codes, la personne au guichet nous remet enfin nos jetons. Mais nous n’avons pas le temps de crier victoire. La foule est tellement compacte, qu’on ne peut pas faire demi-tour. Nous sommes coincés contre le guichet alors que les gens derrière poussent pour récupérer leur dû. Des gens un peu trop compressés se mettent à hurler. Ça pousse dans un sens, ça pousse dans l’autre. On profite d’un appel d’air pour déplacer une des barrières et s’extirper de la masse grouillante.

zombie
Participants au Tunnel du Gout essayant de récupérer leurs jetons

19h : On se glisse cette fois dans la queue pour rentrer dans le tunnel. Là aussi, aucune file, aucune organisation, les gens se jettent dans la foule et tentent de se faufiler tels des saumons remontant la rivière. Heureusement ça semble avancer à bon rythme. Visiblement l’ouverture du Tunnel a pris du retard pour laisser rentrer Gégé Collomb et Lolo Fabius.

Un tunnel sans faim

19h20 : C’est la libération ! Nous passons le dernier checkpoint et nous voilà propulsés dans le tunnel avec une certaine euphorie. Victoire ! Nous sommes rentrés. Le premier stand qui croise notre chemin est celui de la fameuse soupe de Monsieur Paul (Bocuse, of course). C’est chaud, c’est bon et copieux et c’est servi avec une efficacité redoutable par les élèves de l’Institut Bocuse. Enfin un truc qui semble bien organisé. Cette petite soupe nous fait un peu oublier la grosse heure d’attente et nous motive pour attaquer notre marche.

Tunnel du gout 3

Tunnel du gout 2

19h40 : Nous marchons un bon moment avant de trouver un stand qui ne soit pas pris d’assaut. Il s’agit de celui de Boboss et ses fameuses charcuteries. On se laisse tenter par une assiette d’assortiments. C’est bon mais peu copieux, à 5 € ça nous parait un peu cher.

19h50 : Des huîtres ! Et pas trop cher en plus (4 € la demi-douzaine) ! Hop on chope un peu de vin blanc au stand précédent et on s’attable à l’un des espaces de convivialité disséminés tout le long de tunnel (et qui n’ont de convivial que le nom). Le vin est quelconque mais les huîtres sont divines.

20h10 : Il y a foule devant le stand Valrhona. Normal, le fameux chocolatier fait déguster ses produits gratuitement. Heureusement l’équipe qui sert les chocolats chauds est efficace et on récupère nos gobelets rapidement. L’enchaînement huître chocolat est un peu bizarre mais nous apprécions quand même cette chaude boisson épicée.

20h40 : le stand Mons est assurément LE stand de la soirée. Son plateau de fromage de 30 m est d’une beauté laitière sans équivalent. C’est magnifique, c’est émouvant et ça nous rappelle que le fromage c’est la vie ! On attrape un énorme morceau de brie truffé au prix correct de 6 € avant de remarquer que celui-ci est fourni sans pain. Une personne du stand nous explique qu’ils n’ont pas eu le droit de donner du pain pour ne pas pénaliser le stand de la Boulangerie Jocteur attenant. On se dépêche d’aller récupérer du pain à ce stand. Bien nous en a pris, nous achetons le dernier pain disponible. En rupture de stock alors qu’il reste près de 2 h d’événement c’est pas terrible.

Tunne du gout 4

La Lumière au bout du tunnel ?

21h10 : on entame la deuxième partie du tunnel sans trouver un stand digne d’intérêt. Là Cerise & Potiron tente de faire croire qu’ils vendent des fruits et légumes de qualité. Ici le Petit Paumé refourgue son stock de guides non écoulés… Michel & Augustin fait goûter ses gâteaux et le Ninkasi sa bière qu’on connait déjà par cœur. On claque nos derniers jetons à un stand de vin dont on n’oubliera le goût à peine sortis du tunnel.

21h30 : on arrive enfin au bout du tunnel. La plupart des gens font demi-tour sans voir qu’un bus TCL permet de rejoindre l’autre extrémité. Dommage que les organisateurs n’aient pas communiqué sur cette navette spéciale ça aurait surement fait diminuer la foule dans le tube. On a un peu mal aux pieds, on est à moitié rassasiés et on est fatigués de la foule, on décide de commander un Uber pour rentrer au bercail.

Verdict final

Le Tunnel du Goût était une bonne idée. Bien organisé et avec un peu plus de cohérence dans les stands, cela aurait pu en faire un événement exceptionnel. Outre l’organisation déplorable à l’entrée, il aurait était sympa d’avoir un parcours beaucoup plus travaillé dans l’enchaînement des saveurs et une certaine harmonie dans la qualité et les prix. Les meilleurs trucs étaient offerts (soupe, chocolat) et des trucs pas terribles étaient hors de prix.

❤ On a aimé :
– le concept de base
– la moitié des stands (Bocuse, Mons, Valrhona…)
– le prix d’entrée (5 € l’entrée avec pas mal d’offerts ça reste un bon plan)

☁ On a pas aimé :
– l’absence TOTALE d’organisation
– l’autre moitié des stands
– les prix de truands sur certains stands
– l’absence et les erreurs de communication (annoncer que l’entrée ne se fait que coté Rhône alors qu’on pouvait rentrer coté Saône, la navette TCL mentionnée nulle part)
– l’absence d’un plan pour savoir quels exposants étaient présents et à quel endroit

En résumé, un concept génial tué par un manque d’organisation flagrant et l’absence totale d’une vraie programmation.

On espère cependant qu’il y aura une 2ème édition, car ce fiasco montre tout de même un vrai appétit des Lyonnais pour ce genre d’événements. Oui, il faut que la Biennale Internationale du Goût continue et prenne de l’ampleur, mais il faut arrêter de l’organiser comme des Guignols.

20 commentaires

    1. hahaha @salomé pareil, moi j’organise des événements depuis 8 ans. c’est bien dommage que de petites erreurs d’organisation classiques abîment autant la qualité d’un événement.
      parce que l’événement, ce n’est pas seulement un joli concept hein, c’est de l’accueil, et faire en sorte que les visiteurs/clients passent un bon moment et ne pensent même pas à la logistique!

  1. Un tube digestif avec des problèmes de constipation… En quelque sorte.
    Merci pour l’article, vous avez été bien courageux… En tout cas, ça a confirmé mon choix de ne pas entrer dans cette galère (habitant pourtant juste à coté).
    En cette belle soirée, j’ai bien fait de viser un resto sur le plateau.

  2. Arrivée à 17h30, entrée plus de 2h plus tard, après avoir du supporter les baleines de parapluie dans la tronche toutes les deux minutes, les gens qui poussent alors que ça n’avance pas, et voir déjà la plupart des stands bondés ou vidés…ça laisse en effet un goût amer.
    Quant au prix, 5€ pour un demi verre de soupe c’est cher ! (oui les autres stands proposant des dégustations gratuites étaient vides depuis longtemps) Et ne parlons même pas des points big >_<

    A refaire mais autrement, étaler sur plusieurs jours pourquoi pas, avec un parcours et un sens de circulation défini. Fiasco niveau organisation…

  3. « annoncer que l’entrée ne se fait que coté Rhône alors qu’on pouvait rentrer coté Saône »
    Une bonne partie du problème devait être là… En plus avec la stationValmy ça faisait un accès plus facile depuis Bellecour.
    Ah ce ne fut pas un tube ce tunnel du goût 😉

  4. Pour ma part je suis allée à l’événement du dimanche (les food trucks aux Puces du Canal) et de même, énorme queue, rupture de stock au bout d’une heure et demi / deux heures alors que ca devait durer 4 heures… On a rien mangé et on a attendu dans le froid pour rien… Vraiment pas top…

  5. Moi bonne expérience

    Je suis allé au tunnel à 21h30 en pensant que toutes les personnes de 18h soient parties !
    Je ne suis pas du tout d’accord avec Roxane car l’ensemble des stands proposaient des choses et même jusqu’à 23h
    Rien ne sert de courir pour ce genre d’événement

  6. Mmmh intéressant. La dernière fois qu’on a organisé un évènement à Lyon, et qu’on leur a laissé les manettes de l’organisation,ça ressemblait un peu (beaucoup) à ce qui est décrit dans l’article.
    Conclusion: Lyon, c’est déjà le Sud.

  7. Je viens de lire très attentivement les griefs à l’encontre de cet événement…pour ma part qui y ai travaillé puisque c’est moi qui est mis en lumière le fameux plateau de fromages de MonS affineur….nous avons rencontré de sérieux problème quand à la muse en place de notre événement…tout cela a cause d’une très mauvaise gestion des divers intervenants…mais je me mets à la place du public qui a du effectivement être très déçu….alors nous PRO qui en avons chié des ronds de chapeau pour vous plaire…nous pourrions aussi nous joindre à vous….mais après une heure de roi te pour rentrer…j’ai repensé à tout cela…et je me suis dit…quel boulot de dingue de mettre en place un événement de ce type…dans un tunnel avec toutes contraintes de sécurité….les contraintes techniques….car quand on est en BACK OF…ou quand on est public on ne voit pas les choses de la même manière….je dirais pour ma part sans me faire l’avocat du diable ….réunir autant de grands …c’est balaise

    La seul chose nous français que nous sachions faire c’est gueuler…revendiquer..nous plaindre.
    Croyez moi en tant que PRO…pour avoir bosser des heures sur ce plateau de fromages ,et pour avoir eu l’électricité que à 11hr du matin…avoir chopé une crève monstrueuse.
    L’événement était pas si mal que ca au regard de la complexité de ca mise en œuvre

    Cdt Philippe cavalier …application led

    1. Merci pour ce retour coté pro, Philippe et bravo pour la lumière sur le plateau de fromage c’était magnifique. On ne nie pas la difficulté d’organiser un tel événement, mais quand on sait que c’est GL Events qui est au commande derrière tout ça, que c’est le leader mondial de l’événementiel et qu’ils ont l’habitude d’organiser de trucs beaucoup plus complexes. On ne met pas 2 intérimaires aux caisses et 2 vigiles par entrée quand on attend des milliers de personnes… On est d’autant plus frustré qu’il ne manquait pas grand chose pour que ce soit un très bel événement. Géré de façon un peu plus pro et avec une meilleur organisation de stands ça aurait été chouette.

  8. l’évènement était
    1) très mal organisé et le public exaspéré
    voir leurs commentaires ici: http://www.lyonmag.com/forum/topic/70324
    et là:
    https://www.facebook.com/LyonBIG/posts/317599365103736

    2) ultra dangereux, en dehors des normes de sécurité et du plan vigipirate. Il y avait 10.000 victimes potentielles dans un tunnel étroit rempli de fours et de gazinières. L’estrade des officels s’est effondrée lors de la photo. GLevents = irresponsable! malgré l’idée séduisante du tunnel il faut y renoncer par simple bon sens

    3) du vol pur: les jetons achetés en ligne n’ont pas été échangés et pas pu être utilisés. Aucune nouvelle d’un remboursement. A 20€ en moyenne par personne, faites les comptes. Quasiment aucune dégustation gratuite et l’espace VIP inexistant (40€ foutus)

    4)Les exposants ont mal utilisé les mètres linéaires à leur disposition: trop peu pour les grands chefs dont on ne voyait pas la démonstration, trop pour les petits exposants qui sont parfois venus qu’à deux. la seconde partie du tunnel coté saone minable

    5) du personnel en sous effectif et non briefé: à croire que GL events s’attendait à recevoir 500 personnes vraiment?

  9. Comme j’étais dans mon travaille, je n’ai pas visité le TUBE du moins pas tout, je ne suis aussi pas au courant des évènements merdique, comme la scène, et ce n’est pas TOP pour des PROs…ce que je sais, c’est que pour le toute petite entreprise que je suis, un tel évènement était pour moi une énorme carte de visite…
    Mais oui du coté PROs et pour les PROs en effet ca était très mal géré, et GL évent ce sont crus les rois du pétrole et nous ont pris pour des truffes, et ça ce n’est pas COOL, car ont été dans le même bateau…
    À un moment un secteur élec a sauté, en plus dans le mien, pas compris pourquoi, du coup la zone MonS était plus éclairée, il a fallu que je tire des rallonges pour remettre de la lumière et pour MonS et pour le public, GL évents étaient-ils déjà partis …?

  10. Je viens de regarder le timing des photos que j’ai fait, et le timing des gens qui se plaignent, et, en effet cela correspond à la présence de certains POLITICOS dans le tube, donc je pense que si le public a été stoppé, c’est pour des questions de SECU …c’est plausible,…MOUAI pas TOP

  11. et bien en voila un vrai Bouchon Lyonnais ! à référencer
    J’ai lu un peu vite mais ça ressemble à un assaut vers la bouffe, et mon esprit chagrin pense à ceux dont le nombril proéminent est plutôt un signe de malnutrition.
    On ne peut pas penser qu’à ça (ça vous évitera de la dire) mais on peut orienter nos pulsions…et rigoler quand même !

  12. A mon humble avis, le problème tient avant tout au gigantisme de ce genre d’évènements pour lesquels Lyon n’est pas du tout préparé ni adapté
    Car au delà du tunnel du goût, il y a les queues aux taxis à Part Dieu, il y a la panique totale sur Eurexpo et alentours, pour le Sirha comme pour le prochain BePositive qui sera du même tonneau. Et c’est comme ça à chaque fois
    Ne nous leurrons pas, Lyon n’a pas encore les moyens de ses ambitions et ce malheureux tunnel n’est qu’un rappel à la réalité
    J’habite à côté et je n’ai même pas envisagé l’idée d’y aller, c’était inévitable
    Par contre au ciné de la Cité Internationale et à la brasserie du Hilton, bonne soirée très détendue

    1. Pas vraiment d’accord, il y a pas mal d’événements d’envergure qui sont à peu près bien gérer. La Fête des Lumières avec ses 4 millions de visiteurs en est un bon exemple, sans compter les autres festivals type Nuits Sonores, Fourvière, Lumière etc.

  13. Je vote aussi pour une 2e édition mais s’il vous plaît pas dans un tunnel ! Quand on va au resto, on apprécie d’autant mieux la nourriture que le cadre est sympa et un tunnel routier c’est bof 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*