Sans-titre-8

Non mais franchement, vous avez lu l’article publié par Qyrool hier ?

Figurez-vous qu’au début, cet article devait être le premier d’une longue super semaine spéciale Guillotière.

Quand j’ai lu ça dans notre outil de gestion de conneries  (Oui, oui, pour donner un semblant d’organisation au méga bordel de l’équipe Lyon CityCrunch, la Nasa et les Experts ont planché sur un outil rien que pour nous…) (= Légende Urbaine LCC n°2) (la première étant : « Les chroniqueuses de LCC couchent presque toutes avec des stéphanois », ce qui n’est pas une légende…).

Donc, je disais ? Ah oui : une semaine spéciale Guillotière…

Moi-même, pourtant surnommée « Dalaï Lama » par mes collègues de travail me suis (un peu) énervée : « Euh, scusez moi hein mais la semaine spéciale Guillotière, c’est pas déjà toute l’année ? ». Moment de gène. Lalalalalalala…

Et la semaine s’est donc transformée en… 2 jours !

Car ouiiiiii, j’avoue Monsieur le Juge : JE N’EN PEUX PLUS DE CETTE GUILLOTIERE !!!!!

Quyrool l’a bien expliqué : une grande partie des hipsters chroniqueurs habitent ce quartier malfamé branché de Lyon.

Les chroniqueurs étant pour la plupart mes amis (enfin, jusqu’à aujourd’hui…), dès qu’une conférence de rédaction réunion apéro est organisé pour qu’on puisse se réunir c’est bien souvent à… la Guillotière !
Bien entendu, toujours sous couvert de tester un nouveau bar-resto cool… « C’est pas notre faute si tous les trucs cool ouvrent par ici ! ». Ben voyons…

moustache-chevreul

En attendant, qui c’est qui se caille les miches et qui enchaîne les kilomètres à vélo pour faire Vaise-Guillotière-Vaise ? C’est moâââ !

Et qui c’est qui – quand elle va directement du travail à la Guillotière en voiture – tourne en rond 30 minutes pour arriver à se garer et finit par arriver au bar choisi en question que tout le monde est déjà bourré ? Ben c’est moâ aussi !

Bon, et puis honnêtement, c’est quoi l’esbroufe de tous ces bars de hipsters ? Parce que sous couvert de te recevoir dans une ambiance bien conviviale-rétro-vintage-populo-chic et te tutoyer direct parce qu’on a la même chemise à carreau, la même coupe de cheveux graphique ou le même tatoueur (rayez la mention inutile), les mecs te demandent « Tu aimes quoi en général comme vin ? ». Tu réponds vaguement « Euh, ben du blanc de préférence ! ». « Ok, j’ai un petit Mâcon là de chez un petit producteur, tu vas voir, il est bien fruité en bouche ! ».
Bon, tu sais pas trop combien ça coûte mais c’est pas grave par que c’est populaire la Guillotière…
« Et puis vous prendrez bien une planche de charcuteries-fromages aussi ? » (waouh ! des planches avec de la charcuterie et même du fromage, mais quelle originalité les gars !!!) et tu termines la soirée à la caisse en pleurant parce que 25 euros pour 3 planches et 3 bouteilles que divisent par 8, ça pique un peu quand même…

Et alors question sécurité, je peux entendre que ce ne soit pas plus craignos qu’ailleurs mais quand tu es une fille, que tu sors du Gonzo et que tu attends ton tram 15 minutes à l’arrêt Saint-André, je peux t’assurer que tu as là une occasion inédite de croiser quelques beaux spécimen du genre masculin tentant des approches plus ou moins réussies à coups de « Tssss, vous attendez le tram mademoiselle ? » (nan, nan, le télésiège, banane !).

Ma plus belle rencontre lyonnaise du genre s’est d’ailleurs déroulé à l’arrêt du tram près du Lidl, un endroit merveilleux. Je sortais de la faculté dentaire où je me faisais soigner les dents à pas cher (bon plan inside !). J’ai entendu derrière moi un bruit « d’eau qui coule » et quand je me suis retournée, un clodo avait sorti son engin tout en restant bien calé dans le siège de la station et était en train de se pisser à moitié dessus tout en poussant des grognements. Ambiance…

Lyon-2-Lyon-3

En plus de cela, voilà que même les plus bobos Croix-Roussiens de mes amis déménagent aussi à « la Guill’ », rassurés par la présence de nombreuses épiceries bio où ils peuvent acheter leur quinoa en vrac et par le nombre désormais délirant de salons de thé / librairies / bars associatifs / café-philo où ils peuvent aller tapoter travailler  sur leur MacBook en buvant un Latte et manger du granola avec des graines de chia (les baies de Goji c’est so 2011 !). Les prix de l’immobilier étant plus attractifs…

Pire, ces traitres ne m’appellent même plus pour les soirées parce que « Tu comprends, on s’est croisés chez ce boulanger super qui moud sa farine sur pierre et du coup on s’est improvisé un apéro ! Rhaaa, c’est dommage que tu habites si loin car on a vraiment passé une bonne soirée ! ». Ah bah oui, c’est vraiment trop dommage tiens…

Enfin, truc dingue : y’a pas si longtemps, je me suis retrouvée à aller boire des coups avec ma copine Rocka dans un nouveau bar du Vieux-Lyon. Déjà,  ça m’a fait tout bizarre d’arriver aussi vite et toutes ces petites ruelles pavées si pittoresques m’ont semblé presque exotiques.

C’est là que je me suis dit : « Mais c’est fou, y’a 9 arrondissements à Lyon + Villeurbanne et on est tout le temps à la Guill ! »

Hey les gars, on comprend que vous l’aimez votre Guillotière, mais si on sortait ailleurs pour changer d’air ?

*Cet article est inspiré de faits réels, néanmoins, nous vous invitons à le lire au 18ème degré.