Je ne sais pas si vous vous rappelez le mois dernier, je flippais à l’idée de vous préparer un top 5 des concerts pour le mois de novembre. Le problème est en parti résolu, puisque pas mal de concerts sont déjà complets.

Je ne vous parlerais donc pas de The Kooks que vous n’avez pas pu voir hier soir au Transbo, ni de Selah Sue que vous ne pourrez pas voir vendredi 4 novembre (C’était complet avant qu’elle n’obtienne le prix Constantin), ni de Metronomy que vous allez peut-être louper pour la deuxième fois de l’année (mardi 8), ni de The Kills (mardi 15), ni de Shaka Ponk (vendredi 18, mais ils reviendront) et pas non plus de 30 seconds to mars (dimanche 20, mais en même temps, j’avais pas vraiment prévu de vous en parler…). Même la soirée Festival des Nouveaux Talents (avec Taïni & Strongs, Laomé et Celkilt) du jeudi 27 octobre au Transbordeur (dont je voulais vous parler, pour le coup) est complète, c’est dingue !

Du coup, je vais profiter de cette occasion pour vous proposer des plus petites salles et des plus petits groupes. Et là, je joue ma réputation, car si le mois dernier j’avais déjà vu tous les groupes, cette fois je n’en ai vu aucun. Mais en tout cas, ils ont tous beaucoup de potentiel sur le papier (et dans les oreilles).

C’est parti !

General Elektriks, mercredi 9 novembre à l’Epicerie Moderne, 12/14 euros.

On ne présente plus l’Épicerie Moderne, une des salles les plus actives de la région lyonnaise. Je vous invite une fois de plus à regarder de très près leur programmation, toujours de qualité.

Le nom de General Elektriks ne vous dit peut-être rien, mais vous vous rappelez probablement d’une de leur chanson, Raid the radio, qu’on entendait en boucle il y a quelques années,). General Elektriks, c’est en fait RV (Hervé Salters), dingue de claviers en tout genre, qui met sa passion au service de grands noms de la musique (Vercoquin, M, Femi Kuti, DJ Medhi, etc…). Le trublion n’est pas facile à classer, mais sa musique oscille entre pop jazzy et musique électronique.

Ödland, vendredi 11 novembre au Nouveau Théâtre du 8ème, prix libre.

Ca fait un moment que je veux aller au Nouveau Théâtre du 8ème, car il attise ma curiosité. Avec pour devise Le théâtre comme poétique de la relation, le NTH8 est un laboratoire de théâtre contemporain et de spectacles en général, un lieu de fabrication, de création, d’expérimentation, de réflexion, etc… Je ne sais pas s’ils le font encore, mais j’avais vu à une époque des pièces de théâtre en langue des signes, et j’avais beaucoup aimé la démarche. Le prix de tous les spectacles est libre : 0, 5, 10, 20, 50 ou 100€.

Après avoir auto-produit un premier album, le groupe Ödland, créé par le réalisateur de court-métrages lyonnais Lorenzo Papace, s’apprête à sortir Sankta Lucia. Pour ce faire, ils sont partis en tournée cet été dans toute l’Europe de l’est (de la Grèce à la Laponie) pour y filmer des clips très réussis (visibles sur leur site), fidèles à leur univers d’inspiration romantique et néo-classique qui dessert merveilleusement leurs chansons pop.

Almaz in a Mellow Mood, samedi 12 novembre à 21h au Périscope, 8€.

J’aime beaucoup le Périscope. Cette petite salle à quelques enjambées de Perrache est un refuge pour les musiques actuelles à tendance acoustique, jazz (au sens large, voire très large), musiques improvisées, etc… De nombreux concerts sont régulièrement proposés, que ce soit avec les musiciens résidents du Grolektif (le big band Bigres !, le groupe de funk Sfonx, le groupe de trip-hop N’relax, les Jam Sessions, etc…) ou avec les nombreux invités triés sur le volet.

Au programme ce soir-là, du très bon funk afro-beat, qui vous ramènera au temps de la Blackploitation chère à Quentin Tarrantino

Civil Civic le lundi 14 novembre au Sonic, 8€

A Lyon, il y a le Rhône et ses péniches sur les berges. Mais savez-vous qu’il y a aussi des péniches sur la Saône ? Mais oui, et même des péniches avec des concerts dedans. C’est le cas du Sonic, amarré à quelques encablures du Pont Kitchener-Marchand

C’est un lundi, ok, mais si vous n’y allez pas, je vous donne rendez-vous dans quelques mois pour me montrer les moignons que vous aurez à force de vous être mordu les doigts. Car le duo australien de Civil Civic devrait rapidement faire parler de lui. Le concert est organisé par Génération Spontanée, et ça c’est plutôt bon signe !

Joseph d’Anvers + Suissa le jeudi 24 novembre au Marché Gare.

Profitons du Marché Gare pendant qu’il est encore temps, car avec la restructuration du quartier de la Confluence, par sûr qu’il dure autant que les impôts. Pourtant, depuis 5 ans, cette salle gérée par la MJC de Perrache a été le théâtre de nombreux concerts de grande qualité.

Ce sera encore un peu l’été ce soir au Marché gare, grâce aux textes poétiques et enjoués du lyonnais David Suissa. Ses chansons jazzy donneraient presqu’envie de remuer du popotin, mais c’est sans compter les paroles plutôt cyniques et mélancoliques du bonhomme.

En fait, la tête d’affiche de la soirée, c’est plutôt Joseph d’Anvers. Toujours de la chanson, mais cette fois-ci aussi bien en anglais qu’en français, et nettement plus rock pour ce bourguignon qui est également écrivain et cinéaste (et ancien boxeur). Pour son 3ème album, il a notamment collaboré avec Troy Von Balthazar (leader de Chokebore qui sera d’ailleurs à l’Epicerie Moderne ce mercredi).

Comme d’habitude, n’hésitez pas à compléter ou à nous dire si vous connaissez certains de ces groupes.