Oasis-en-live

Dimanche soir avait lieu au théâtre antique de Vienne un concert « spécial revival 1996 » d’Oasis.

Alors, c’était comment, Camille ?

Voilà ce que j’en dis, en tant que fifille fan d’Oasis en 1996, et à la dreamteam Lyon69 de me compléter!

Please don’t put your life in the hands, of a rock’n roll band, who’ll throw it all away

T’inquiète, t’inquiète, Liam, j’avais pas tout misé sur ce concert, et j’ai quand même bien fait. Je n’en attendais pas grand chose, je suis venue, j’ai entendu, ça m’a plu. Mais alors toi, toi, toi, mais bordel, pourquoi es-tu aussi méchant? Tu rentres en scène, tu repars, tu abandonnes ton frèrot, tu reviens pile pour les applaudissements… Mais zut alors, laisse Noel chanter tranquille! (« On t’aime pô, d’abord, avec ta vieille veste kaki. »)

You’re my wonderwaaaaaall…

Le truc chouette avec Oasis, c’est qu’on peut brailler dessus, chanter à tue tête et à fausse voix, on s’en fout. Ben oui, quoi, c’est spécial revival 1996, on a dit. Alors qui a dit qu’en 1996 on avait de l’amour propre et du goût, hein?

But don’t look back in anger, don’t look back in anger, I heard you say

Non, non, pas d’anger pour moi, don’t worry (enfin juste un peu pour le final, fait sur I am the Walrus des Beatles, on se moque un peu du monde, je trouve!)! Mais il était chouette, ce concert, un vrai bon moment, de beaux souvenirs qui reviennent à la surface. Et puis une chouette équipe, avec qui j’étais bien contente d’être, même coincés entre Kway et parapluies! (Merci le premier concert en plein air de l’année, sous les trombes d’eau!)

Alors les copains, vous en avez pensé quoi, vous?

Alors, Silphi aux manettes maintenant.

Il y a 15 ans déjà, j’étais pas un gros fan d’Oasis, je connaissais mes classiques mais c’est tout. Quand l’opportunité m’a été donné de les voir live 15 ans plus tard, je me suis dit pourquoi pas sachant que j’avais rien entendu depuis.  Donc, là non plus, pas de grandes expectatives. Qui plus, est, je trouvais super drôle d’aller voir Blur et Oasis à un mois d’écart. Les frères ennemis de la scène anglaise des années 90. La classe.

Donc Oasis, déjà c’est un peu un diesel. C’est (très) mou au début puis ça gagne un peu en puissance (mais pas beaucoup) sur la fin. Et c’est bien sûr, en beuglant wonderwall que j’ai trouvé ça cool d’être avec des potes et d’assister à ça (sous la pluie). Moralité, je me dis que quitte à dépenser 45€ pour un bon moment avec des potes, autant se faire un petit restau et se finir en chantant à Singstar et en buvant de la Zub (et chez moi on est au sec).

Bref, un concert vite vu, vite oublié d’un groupe qui a été incapable de se renouveller ou même de proposer quelque chose d’aussi bien qu’à leur grande époque.

Allez, pleurez pas, je suis sûr qu’il y a un bisounours mignon qui va arriver pour donner son avis !

Alors, le bisounours Qyrool prend la relève pour cet article à huit mains.

Que dire à part que c’était pas terrible, terrible ?
Une déclinaison en 1h30 de l’inextricable axiome frère doué contre frère charismatique… Liam et sa présence scénique, son caractère changeant et sa consommation d’eau un peu trop suspecte. Noël sa virtuosité, sa voix enchanteresse…et son charisme de gant de toilette. On assiste impuissant mais les oreilles grandes ouvertes à la déchéance de cette fratrie brit-pop.

Seule consolation,  un Champagne Supernova féérique alors que les gouttes de pluie scintillent dans le ciel par la magie des projecteurs et qui nous fait faire un joli back-flip arrière en 1995.

Slowly walking down the hall, faster than a cannon ball. Where were you while we were getting high?

Et leSud conclut…

Dois-je vraiment conclure ? Y a-t-il vraiment quelque chose à rajouter après tout ce qui a été dit par les amigos ?

Je n’ai jamais été fan d’Oasis mais je connais leurs chansons les plus connues et c’est tout.  Quand on m’a dit qu’Oasis était en concert et qu’une partie de la team de Lyon69 y allait, je me suis dit pourquoi pas, ça doit valoir le coup ! Et ben non….

Je serais beaucoup plus catégorique que mes petits camarades (est-ce lié à mon côté sudiste ?). Je crois que ce concert était un des pires (!!!) auquels j’ai assisté depuis ces 5 dernières années. Un chanteur peu présent, qui donne l’impression de s’ennuyer, des chansons très très molles…. Heureusement Noël est là pour rattraper le coup et le concert  commence à être pas mal après Wonderwall (au bout de 45 minutes sur 1H30 maxi) (Note de CamDess : Nope, 1h50 pile, j’avais mon chrono! ^^)….

Pour conclure, je dirai « C’était vraiment pas terrible. Concert d’Oasis, ça c’est fait et je ne le referai plus ! ».

Oasis, Oasis, c’est non, c’est non… Oasis, Oasis, oh, Oasis, Oasis ah !