PARC-OL-FEELING

Je n’ai jamais été fan de foot.

En vrai, je n’aime pas du tout ça. Mais mon papa, lui, il adore. Alors je me suis dit que le faire venir à Lyon pour assister au tout premier match de l’OL dans son nouveau stade ferait un bien joli cadeau de Noël.

J’ai donc acheté des places et les ai glissées au pied du sapin. J’en ai pris également une pour moi, car même si l’idée de regarder des millionnaires taper avec le pied dans un référentiel bondissant ne m’a jamais paru excitante, j’étais très curieux de voir le fameux stade terminé après avoir visité les travaux il y a quelques mois. J’avais également très envie de découvrir la nouvelle plus grande salle de concerts de Lyon.

En route pour le Parc OL

Dans ma famille on est du genre pas organisé du tout. Le samedi vers 15h, alors que la plupart des supporters sont déjà sur place, on se dit qu’il serait temps d’y aller (le match commence à 17h). On prend le métro direction Part-Dieu et on traverse la gare pour se rendre au départ du tram-navette. En arrivant on nous dit qu’il fallait réserver sa place par Internet. Oups ! (Je vous ai dit qu’on était pas organisés ?). On se reporte sur le T3 classique qui s’arrête à 800m du stade. Il y a du monde mais c’est bien géré, on monte dans le premier tramway qui passe et on chope même des places assises (luxe !).

20 minutes après nous sommes arrivés à l’arrêt Décines Grand Large et 15 minutes de marche plus tard, nous voilà devant le joujou à 400 millions d’euros de Jean-Michel Aulas.

Titan de béton

OL-PARC1

L’OL Parc est massif. En arrivant sur place on prend conscience qu’on est passé à une autre dimension par rapport à Gerland. L’architecture manque de cohérence et de finesse pour en faire un bel objet architectural, mais l’édifice reste très impressionnant par ses dimensions.

On fait un petit saut à l’OL Store en contre-bas de l’OL Parc – plus par curiosité que pour acheter le gobelet collector de la soirée – avant de prendre la direction des gradins.

PARC-OL-STORE

Dans ma famille, on est du genre par organisé du tout. Alors quand le mec de la sécurité me dit qu’on ne peut pas rentrer avec un sac à dos et que c’était bien précisé sur le site (ben oui, j’ai pour grande passion de me connecter tous les jours sur OL Web…) je fais un peu la tête. En plus aucune consigne n’est proposée. Je me vois donc dans l’obligation d’abandonner mon sac à dos. Après l’avoir vidé de son contenant, je lui fais mes adieux et le laisse dans un coin.

PARC-OL-5

C’est parti !

PARC-OL-6

On rentre enfin dans le stade. Après avoir grimpé de hauts escaliers, on accède au bloc 422 puis aux tribunes. La claque, l’intérieur de l’OL Parc s’offre à nos yeux et c’est très impressionnant. Le stade est gigantesque mais un sentiment de proximité se dégage de l’édifice, la pelouse semble être à portée alors qu’on est quasiment tout en haut. Sa forme circulaire sans cassure lui donne un aspect cocon très agréable.

PARC-OL-AHOU

Il est 17h, le premier « Ahou » de l’histoire du Parc OL se fait entendre. C’est à ce moment là que les 55 000 personnes sur place découvrent l’acoustique incroyable du lieu. Les « ahous » résonnent avec une force telle que j’en ai la chaire de poule. J’aurais été un joueur de l’équipe d’en face j’en aurais pissé dans mon short.

Le coup d’envoi est donné. 18 minutes plus tard, le stade est défloré par un premier but de Lacazette dans une salve de cris impressionnante. Le public est en extase.

Dans ma famille on est du genre pas organisé du tout. Alors quand l’arbitre siffle la mi-temps, on se dirige comme 55 000 autres personnes à la buvette. Mauvaise idée ! On aurait du y aller un peu avant pour éviter la foule. On zappe le coup à boire et l’arrêt aux toilettes qui subissent le même assaut.

PARC-OL-8

PARC-OL-7

La seconde période démarre et s’enchaîne dans un scénario idéal mêlant peur, excitation et jubilation. Les Lyonnais la jouent très mou et encaissent rapidement un but (oh non). Galvanisés par cet affront, ils en mettent un petit au fond des filets (ouf) avant d’en remettre un (youpi !) puis un quatrième (C’est gagné !) alors que le stade entame une ola visuellement dantesque.

Où est Willie ?

L’arbitre siffle la fin du match. Le public est en transe et remercie les joueurs par le traditionnel « Qui ne saute pas n’est pas Lyonnais » qui dure très longtemps.

Déjà sur la pelouse ça s’active pour mettre en place le show d’inauguration. Pour ma part je suis de plus en plus excité. Non pas que je sois un grand fan de Will I Am mais parce que j’ai hâte de voir ce que donne ce stade en version concert.

Les lumières s’éteignent, le public hurle sa joie. C’est un tour de magie ! C’est un tout nouvel écrin qui surgit d’un coup. Les tribunes sont plongées dans le noir, seules quelques spots scintillants et les lumières de portables éclairent le lieu. Le Parc OL parait alors beaucoup plus grand tout en offrant une visibilité accrue sur le centre.

PARC-OL-3

Le show démarre avec des jeunes licenciés des clubs de foot de la région, ils seront rejoints ensuite par le Pockemon Crew pour quelques figures dansées sur le thème du foot (vous pouvez voir le show sur le replay de D17, c’est plutôt cool)

PARC-OL-4

La prestation de Will I Am qui suivra n’aura rien d’exceptionnelle mais confirma mon impression après le match : l’OL Parc va certainement devenir la meilleure enceinte de concerts de France.

PARC-OL-LYON

Retour et retrouvailles

On s’éclipse au moment où la star américaine balance le hit « I Gotta Feeling « . Sorti du stade, je retourne à l’endroit où j’ai abandonné mon sac et – miracle ! – je le retrouve où je l’avais laissé. C’est décidément une bonne soirée.

On remarche vers le tram. On se retourne de nombreuses fois pour admirer le stade en version nuit : un véritable OVNI tout doit sorti de Rencontre du 3ème type.  Il y a beaucoup de monde à l’arrêt du T3, mais on arrive à rentrer dans le premier tram qui passe. C’est blindé, mais on a passé une tellement bonne soirée que ça n’arrive pas à nous enlever notre petit sourire aux lèvres. Je crois bien que mon papa était très content de son cadeau.

PARC-OL-NUIT

Verdict Final

❤ J’ai aimé :

  • L’organisation : tout était parfaitement géré : des TCL, à la sécurité.
  • La structure du stade offrant une visibilité parfaite même aux plus mauvaises places
  • L’acoustique absolument démente du lieu
  • Il n’y a pas de courant d’air (Gerland si tu nous lis…).
  • L’OL Parc de nuit : une vraie merveille

☁ J’ai moins aimé :

  • C’est LOIN ! Il faut bien compter 50 minutes depuis le centre avec les TCL classiques.
  • Le coté pas encore fini et la poussière de béton qui ont complètement blanchi nos fringues
  • L’OL Parc de jour : c’est pas très beau

En conclusion, l’OL et les Lyonnais viennent d’inaugurer un bel équipement. J’ai vraiment hâte de m’y rendre pour un premier (vrai) concert (Rihanna est prévue cet été, mais ce sera sans moi, pas très fan de la pop-trash-US).

N’hésitez pas à faire par de votre expérience si vous y étiez (vous pouvez aussi commenter pour râler sur les coûts, les expropriations de paysans, tout ça, tout ça… on est open sur LCC).