Salut les chatons, j’espère que vous avez passé un bel été (et que vous avez pu utiliser nos précédents city guides lors de vos vacances). Aujourd’hui on vous emmène à Moscou pour ce qui s’avère, à ce jour, être notre périple le plus improbable !

Je cherchais une destination atypique pour la rentrée afin de redémarrer notre rubrique Bon Voyage en fanfare, quand des potes vidéastes m’ont proposé de les accompagner sur le tournage d’un petit film à Moscou.

Dans mon imaginaire, Moscou était une ville froide, massive et pas très marrante, une sorte de mégapole vieillotte faite de vestiges de l’ex-URSS et de bling bling, le tout sous l’oeil inquisiteur d’un Poutine tout puissant. Malgré tout, j’étais très curieux de me rendre là-bas et j’étais convaincu que je trouverais de la matière sur place pour un City guide.

J’acceptais donc leur proposition sans savoir que j’allais vivre un week-end épique dans une ville absolument folle !

Voici le résumé du séjour.

Jour 1 : Arbat et Place Rouge

Résumé de la journée :

Matin départ
Aprem : arrivée à l’hotel
Soir : Arbat et Place Rouge

10h30
On s’entasse dans un Uber direction l’Aéroport Lyon Saint-Exupéry. On a pris des billets d’avion sur un vol direct Lyon-Moscou assuré par Aeroflot. Il n’y a pas de bouchons sur la route, il n’y a pas d’attente aux contrôles de sécurité et de douane et l’avion décolle à l’heure. Le voyage commence sous de bons auspices.

17h00
4h de vol plus tard, nous voici donc au dessus de Moscou, sur le point d’atterrir. Les paysages entourant la ville sont incroyables. La verdure et l’eau sont partout. Alors que le jour commence à décliner tout s’embrase dans un scintillement éblouissant.

18h00
On prend le train express pour la gare centrale avant d’entrer dans le métro et prenons notre première claque du séjour (elles seront nombreuses). C’est immense, incroyablement profond et décoré à grand renfort de marbre, de statues, de moulures et autres lustres clinquants. C’est un peu Versailles, 40 m sous terre avec le bruit étourdissant des rames d’un autre temps.

20h00
On s’installe dans notre hôtel situé à côté de la Cathédrale du Christ Sauveur. On décide ensuite de se rendre dans l’Arbat, le quartier culturel de la ville. A cette heure-ci l’ambiance est un peu retombée mais on croise quand même quelques musiciens de rue plutôt doués qui ajoutent une jolie bande son à notre promenade du soir.

21h00
On mange un morceau au My My du coin. Il s’agit d’une sorte de cantine russe en self service. Comme on ne comprend rien aux écriteaux et que les gens qui servent ne parlent pas anglais, on montre du doigts ce qui nous fait envie. C’est un peu la roulette russe (c’est le cas de le dire), mais on s’avère chanceux : c’est hyper bon !

Voir la liste de nos bonnes adresses à Moscou

22h00
On continue notre petit tour. On découvre des bâtiments hors normes (dont l’une des 7 sœurs de Moscou, ces fameux gratte-ciel de l’époque Stalinienne) et le goût prononcé pour le kitch dans la déco urbaine (Moscou est la capitale du kitch, sachez-le, aucune autre ville ne lui arrive à la cheville pour ça).

23h00
Sur notre chemin on tombe sur Ciderella un bar à cidre et tapas, avec une clientèle de hispters en terrasse. On se joint à la troupe et entamons quelques verres. On restera jusqu’à ce que la patronne nous mette dehors à grand renfort d’injonctions froides en Russe (au vu des ses sourcils froncés, ça avait plutôt l’air de vouloir dire « Barrez-vous maintenant, Ok ! » que « J’aimerais fermer, pouvez-vous terminer vos verres, s’il vous plait ». Elle nous donne quand même des gobelets en plastique pour finir nos verres dehors. Ouf !

1h00
Il est l’heure de rentrer à l’hôtel, mais le début d’ivresse et l’excitation d’être à Moscou nous poussent à faire un petit détour par la Place Rouge. Un coup de métro plus tard nous voilà sur la mythique place. Elle est complètement vide. Le Kremlin, Le Goum, le Musée d’Histoire et l’iconique Basile le Bienheureux nous entourent de leurs imposantes façades. C’est vraiment chouette de les avoir rien que pour nous. Moscou on t’aime déjà !

2h00
Dodo.

Journée 2 : Izmaylovo, Artplay et Octobre Rouge

Résumé de la journée :

Matin : Izmaylovo
Aprem : Vinzavod et Art Play
Soir : Octobre Rouge

9h30
On prend un petit déjeuner dans le café de la Cathédrale Christ Sauveur (oui encore elle, ça a un peu été notre Sous-Préfète du séjour). La lumière du matin est vraiment jolie, on en profite pour faire quelques photos sur la passerelle piétonne qui enjambe la Moscova. Au nord on aperçoit les imposants remparts du Kremlin tandis qu’au Sud, c’est l’improbable statue de Pierre Le Grand qui domine la rivière.

10h30
Pour ce deuxième jour on décide d’aller voir un truc un peu décalé : le Kremlin d’Izmaylovo. Il s’agit d’un parc d’attractions un peu vieillot présentant les différents modes de vie et d’architectures des nombreuses régions de la Russie. On galère un peu avec le métro, car rien n’est écrit en alphabet latin et les panneaux et plans sont rares. Après 2 erreurs de métro, je prends une décision : je vais apprendre l’alphabet Cyrillique (en fait c’est pas si dur, voir notre article conseils et astuces en métro à Moscou).

 

11h00
Nous voilà donc à Kremlin d’Izmaylovo. C’est immense, c’est kitch à souhait et son coté Mickey chez les Soviets nous colle rapidement le smile et fait crépiter nos appareils photos. A l’intérieur, du personnel attend en vain des visiteurs qui ne viennent pas tandis que des groupes d’Instragrameuses mode font des selfies… On passe un bon bout de temps dans le parc. Son coté too much et tout pourri nous plait beaucoup.

13h00
On commence à avoir faim, mais les cafés de la place centrale ne nous font pas envie. On s’enfonce alors dans la partie la plus délabrée du parc pour tomber sur une sorte de moulin-resto-kebab décrépi. Il y a tellement de toiles d’araignée et de crasse sur les vitres qu’on pense que le lieu est fermé depuis des lustres, mais en poussant la porte on découvre que c’est ouvert. On rentre et on tombe sur ce qui s’apparente à un combat de lutte entre le personnel. Tout le monde se relève à notre arrivée. L’un des gars s’excuse dans un anglais approximatif et nous propose de le suivre. Il nous installe dans une salle sombre, sans fenêtre, où la seule déco est constituée d’animaux empaillés, des plantes en plastiques et des néons aveuglants. C’est glauque à souhait mais on a trop faim pour rebrousser chemin. On passe donc commande.

13h20
Nos plats arrivent dans des couverts en plastique et bonne surprise c’est super bon (mention spéciale pour les soupes). Derrière son aspect glauque, ce lieu se révèle être un super spot.

14h00
On remercie chaleureusement nos hôtes et reprenons la route. Au pied du Kremlin d’Izmaylovo se tient un marché de souvenirs. On passe un bon moment à essayer des chapkas et à se marrer devant les calendriers à l’effigie de Vladimir Poutine ou les Matriochka Macron.   

15h00
On reprend le métro pour partir du côté du quartier arty de Moscou. A notre sortie du métro, la pluie s’abat sur nous. C’est donc un peu trempés qu’on arrive à Vinzavod, une vieille usine réhabilitée mixant galeries, start-ups, boutiques branchées et centre d’art moderne. On se réchauffe autour de café et d’un cheesecake au Khitrye lyudi avant de partir découvrir l’endroit.  

16h00
Le principal intérêt de Vinzavod c’est le Centre d’Art Moderne, une grande zone d’exposition avec plusieurs galeries. Comme souvent avec l’art contemporain c’est spécial, mais on tombe quand même sur quelques pépites absolument géniales.

17h00
On sort de Vinzavod pour gagner quelques mettes plus loin ArtPlay. Le centre névralgique de la tendance hispter à Moscou. Le lieu occupe tout un pâté de maison (et les pâtés de maison en Russie sont 10 fois plus grands que chez nous !). Il y a plein de boutiques cool de designers et créateurs, des cafés mignons, des gens avec des cheveux roses et un bistrot végan. Bref, un véritable hâvre de branchitude au milieu du traditionalisme pesant de la ville.

 

18h30
On marche pas mal pour reprendre le métro. Le soleil se couche sur la ville détrempée, c’est vraiment beau. On traverse des avenues aussi larges que des autoroutes, et on passe sur des auto-ponts et devant des églises clinquantes. La modernité et la tradition s’entremêlent sans aucune cohérence. C’est un peu n’importe quoi mais ça nous plait beaucoup.

20h30
Après être repassés à l’hôtel nous sommes fin prêts pour aller tâter de la vie nocturne moscovite. Notre destination pour la soirée Octobre Rouge, une immense usine de chocolat reconvertie en lieu de sortie. On y trouve de nombreux restos, bars et clubs. Arrivés sur place, on est un peu déboussolés. Les allées sont peu éclairées et les indications sont rares (et en Cyrillique). On devine les bars en sous-sol et les clubs sur les toits, mais rien n’est vraiment indiqué. C’est donc au petit bonheur la chance qu’on pousse des portes, grimpons des escaliers et poussons des portes ouvrant parfois sur des appartements d’autres fois sur des événements privés.

21h00
Nos estomacs commencent à réclamer leur pitance et il nous faut prendre des forces pour la nuit qui va suivre. On fait donc un break au Silver Panda un improbable fast food asiat oscillant entre squat et boite de nuit.

22h00
On file au Rolling Stone Café, un bar recommandé par plusieurs lecteurs. Après avoir enfilé quelques pintes dans ce bar dédié au rock (mais qui passe du R’nB des années 90 #WTF) et tapé la discute à grand renfort de gestes avec un barman ne parlant pas anglais. On voit une petite pancarte (en anglais dieu merci !) « Rooftop à l’étage ». Le barman nous indique alors un petit passage derrière un rideau. On grimpe des escaliers sombres et tagués avant de déboucher sur un immense toit semi-couvert où un groupe de rock russe hurle des insanités (on a rien compris mais au vu de leurs yeux exorbités, on pense que c’était pas joli-joli à entendre) en s’énervant sur leur instrument.

00h00
Il est minuit. Le Gipsy, le club le plus mythique d’Octobre Rouge (voire de la Russie (voire de la planète)) ouvre enfin. On est dans le premier lot de clients et l’ambiance est encore calme, mais cela nous laisse le temps de découvrir ce lieu hors norme. Une immense salle principale de plus de 10m de haut avec boule à facettes géante et baies vitrées donnant sur la Moscova, des palmiers, des fontaines, un kebab (oui, oui) et même une immense piscine à balles au milieu de la piste de danse.

1h00
Le Gipsy est blindé ! L’ambiance est survoltée ! Tout le monde se trémousse sur les tubes remixés que le DJ enchaine à un rythme effréné.  La clientèle est assez variée allant des jeunes étudiants au groupes de copines bien fringuées en passant par des quadragénaires en costars. C’est assez dingue de se dire qu’on fait la fête dans une boîte à Moscou. Forcément on a tourné toute la soirée au Russe Blanc ^^.

3h30
La fête continue, mais il nous faut rentrer. On a une grosse journée qui nous attend demain.

4h00
Sleep !

Journée 3 : Gorki, Kremlin et Kitay Goro

Résumé de la journée

Matin : Gorki
Midi : Bolchoï
Aprèm : Place Rouge
Soir : Bains et soirée dans Kitay Goro

10h00
On s’extirpe du lit. Ça pique un peu. Mais le programme de la journée nous motive assez pour ne pas céder à l’appel de la grasse mat. En sortant de l’hôtel on chope un Uber direction le Parc Gorki.     

10h30
On arrive au parc, l’un de lieux préférés des Moscovites pour flâner le week-end. On comprend pourquoi : grandes pelouses, fontaines, tables de ping pong, terrains de sport, petites guinguettes et quai de la Moscova. L’endroit est vraiment plaisant. On se prend un petit déj au charmant Teplitsa avant de partir explorer le secteur.

Voir notre liste des bonnes adresses à Moscou

12h00
En ce samedi matin, l’endroit commence à se remplir. Familles, amateurs et promeneurs viennent en nombre profiter du lieu. On se pose dans la cantine asiat planquée sous le pont le pont Andreïevski pour avaler un Pho, certes on a connu plus local à Moscou, mais la petite terrasse en bord d’eau et les effluves épicées se sont montrées convaincantes.

13h30
1h et demi et un coup de métro plus tard, nous voilà devant le Bolchoï pour rencontre Diana, danseuse du ballet le plus célèbre du monde. Les potes qui m’accompagnent doivent réaliser quelques vidéos avec elle dans des lieux et places iconique de la ville. C’est l’occasion idéale pour jouer le touriste en se faisant guider par une locale.

14h30
Après quelques prises de vue devant le Bolchoï, on part pour le centre de Moscou. Diana, nous raconte sa vie de danseuse étoile. C’est à la fois fascinant et un peu triste : tant de sacrifices pour arriver au sommet. Je me doutais bien que le milieu de la danse classique était rude et pas très rigolo, ça l’est d’autant plus quand on est en Russie.

15h00
On arrive sur la Place Rouge. On l’avait laissée complètement vide il y a 2 jours, la voici bondée. On se fraye un chemin au milieu de la foule pour s’approcher des bâtiments mythiques qui entourent la place : le Kremlin, le Musée d’Histoire, le Mausolée de Lenine et bien sûr Basile le Bien Heureux. Moins connu le Goum, longe la partie est de la place, on s’engouffre à l’intérieur pour admirer ses jolies galeries.

16h30
Nous voilà sur le pont du Christ Sauveur (tandis que re-voilà la sous-préfète) et sa super vue sur la ville. Alors qu’on doit réaliser une dernière séquence filmée, on se fait un peu emmerder par un groupe d’extrême droite orthodoxe passablement énervé et un peu aviné. On range rapidement camera, tutu et autre appareil pour éviter que la situation ne dégénère. Un peu frustré de ne pas avoir pu faire les images que nous voulions, on se contente de regarder le soleil se coucher sur la ville. Le spectacle n’en demeure pas moins superbe !

17h30
On se rabat sur le métro pour filmer encore quelques images de Diana avant de laisser notre guide du jour partir prendre un avion pour une ville où elle tient une représentation le lendemain. On finit à Komsomolskaya l’une des plus belles stations de Moscou.

Voir notre page visiter le métro à Moscou

19h00
Après un passage à l’hôtel pour recharger les batteries aux propres comme au figuré : on a bien mérité de se relaxer. Direction Sandouny, les plus typiques des bains moscovites. Je ne vous raconterai pas en détail comment ça s’est passé par respect pour mes compères d’aventure. Mais sachez que tout le monde y est nu, qu’on y boit de la bière, qu’on vous fouette avec des branches de bouleau et que ce qu’il se passe à Sandouny reste à Sandouny (un peu comme à Berlin…).

21h00
L’effet post-bain est un peu particulier : on se sent à la fois raplapla et plein d’énergie. Vu que la soirée est loin d’être terminée, je me concentre sur le côté énergie pour ne pas succomber à l’idée d’aller me coucher. Heureusement sur notre chemin on passe devant Detskiy mir, le plus grand magasin de jouets de Moscou et on se retrouve embarqués dans une soirée LEGO…

21h30
Les briques c’est bien, mais la bouffe c’est mieux, surtout quand on à l’estomac vide. Pour rester dans l’ambiance » retour en enfance », on marche jusqu’au Didu, un bar où on  vous donne de la pâte à modeler en attendant qu’on prépare votre commande. Les plus belles oeuvres sont ensuite collées sur le mur.

PETIT JEU :

Un joli CRUNCH le Chat a été collé sur un des murs du Didu. Le premier lecteur qui le retrouve et nous envoie sa photo recevra un joli cadeau.

Indice: regardez vers les fenêtres du côté des premières tables à l’entrée.

22h00
On déguste de succulents burgers tandis que le DJ balance des tubes russes repris en cœur par la clientèle. Notre voisin d’à coté nous entend parler français et engage la conversation. Il est expat à Moscou et nous file quelque bons tuyaux. Il nous recommande chaudement d’aller au Propaganda après manger, un de ses lieux préférés à Moscou. C’est une véritable institution ici et un haut lieu de vie nocturne gay.

23h30
Nous voilà donc devant le Propaganda. On passe sans difficulté le videur et on se retrouve dans ce qui, à première vue, ressemble à un restaurant clandestin. Les gens ont tous fini de manger et les tables sont pliées une à une. Les gens sont de plus en plus nombreux à arriver et quand la dernière table est enlevée c’est une véritable foule qui se presse sur le dancefloor. Le DJ (Sergey A.M.) envoie une électro-minimaliste délicieuse et on se laisse embarquer pour la nuit.

2h00
On décide de retourner à Octobre Rouge pour continuer la nuit. Juste avant d’arriver on tombe sur une longue file de gens attendant pour entrée dans une soirée qui, de l’extérieur, semble assez folle. On décide de se glisser dans la queue pour voir si on peut rentrer.

2h15
Bien évidement on n’est pas sur la liste. Mais la fille de l’entrée nous dit de tenter notre chance avec le « Face Control » (comprend le physionomiste). On se présente donc devant un russe qui ne parle pas un mot d’anglais. On arrive pas à comprendre ce qu’il nous dit… Est-ce « Oui », « non », « peut-être » ou « barrez-vous » ? Alors on reste planté là. Heureusement un de ses collègues arrive. Il parle anglais (wohou !), il nous demande d’où on vient, il adore les Français (wohouhou !) et nous laisse rentrer (WOHOUHOU !!!)

4h00
La fête bat son plein. On a pas bien compris de quoi il s’agissait (apparemment c’est une marque de whisky qui fête la fin de l’été) mais les gens sont déchainés. Le son est bon, confetti et fumigène arrosent la foule à intervalles réguliers. On a pas du tout envie d’aller se coucher.

5h30
Notre avion est dans 3h. Branle bas de combat. Il nous faut repasser à l’hôtel, faire les valises et rejoindre l’aéroport qui est à 40km de là où l’on se trouve.

6h00
On arrive à l’hôtel ! (On l’aura jamais !)

6h30
On chope un Uber ! (On l’aura peut-être !)

7h15
On arrive à l’aéroport (On l’aura probablement !)

7h45
On a passé tous les consoles (On l’aura sûrement !)

8h00
On est dans l’avion. (On l’a eu !)

8h01
SLEEP.

Journée 4 : retour à Lyon

12h00
Notre avion commence sa descente vers Lyon. On se réveille doucement avec des images du séjour en tête. Quelle aventure ! On ne savait pas trop à quoi s’attendre de Moscou mais on a pas été déçus du voyage. Cette ville est absolument hors normes. Tout y est surprenant : les lieus, les gens, l’ambiance… Au delà de ses traditions et de son passé un peu pesant, on a découvert une ville attachante qui semble vouloir elle aussi rentrer dans le club des villes cool. Bref si vous voulez vous faire un gros City break qui change et qui vous surprenne, n’hésitez pas à y aller.

Retrouvez toutes nos bonnes adresses, nos conseils
et les visites insolites à faire dans notre City Guide complet sur Moscou