Soirée au Domo-1

Une grande histoire, cette soirée « restaurant à la Confluence ». Ça faisait un moment qu’on en parlait, c’était un peu le cadeau de Noël de Mister Qyrool à l’équipe Lyon69 (ouais, on est des chroniqueurs de folie, alors on a le droit à des restos pour nous remercier, c’est pas la classe, ça? Et puis d’abord, il est pas là, le Qyrool, alors on peut dire des bêtises!)

Bref, ça faisait longtemps qu’on en parlait. En fait on parlait précisément d’aller tester le restaurant Rue Le Bec.

Réservation faite par Internet, nous étions tous parés le jour même, prêts à nous faire plaisir culinairement parlant. Pour ma part (là, c’est Camille qui parle), on ne m’avait pas dit que du bien de ce restaurant. Pas si cher que ça, mais pas très bon. Décevant, pas sympa, toujours plein, et j’en passe. J’avais essayé d’y déjeuner un midi, pour me retrouver contrainte à aller m’acheter un sandwich (effectivement cher et décevant) à la « Boulangerie » Le Bec, à l’entrée du restaurant. Quant à la population des lieux, j’avais pu apercevoir quelques cinquantenaires refaites façon mérou, qui ne m’avaient pas trop emballées. Mais qu’à cela ne tienne, j’étais prête. Le temps d’appeler pour confirmer notre réservation, ah, c’est dommage, notre réservation par Internet n’a jamais été reçue et le restaurant est complet! « La prochaine fois, appelez pour réserver, c’est plus simple! » Oui ben c’est noté, la prochaine fois on ira carrément ailleurs, c’est plus simple aussi.

Rue Le Bec, on oublie, donc !

Direction le restaurant d’à côté, un peu par dépit. C’est donc le Domo qui se présente à nous. Un très joli restaurant, en pleine Confluence, dans un des immeubles que je trouve les plus réussis pour le moment, tout de béton brut et d’acier.

Soirée au Domo-4

Côté décoration, les choses s’arrangent encore quand on entre dans le bâtiment. Lumière tamisée, mobilier très classe, grands espaces, tables spacieuses et bien éloignées les unes des autres, espace lounge plus que tentant et petite terrasse à l’extérieur, avec vue sur le fleuve. C’est design, c’est chic et pas trop clinquant, plus que sympa! Moi qui connaissait bien La Plage, le premier restaurant des propriétaires du Domo, rue de la Charité, on monte carrément en gamme. Là où la Plage était un restaurant de quartier sympathique mais sans trop de prétention, on monte là un échelon.

Mais je laisse Myrtille vous parler du contenu de nos verres et de nos assiettes :

« Domo Camille » pour cette belle entrée en matière (j’ai pas la pression du tout là) ! Et oui « Domo » veut dire « Merci » en Japonais !!!

Alors, tout comme l’architecture et la décoration d’intérieur, le menu chez Domo est assez surprenant, en effet deux influences culinaires se côtoient et vont même jusqu’à en inventer une troisième …
Je m’explique : Le menu est donc constitué de 3 parties, la partie gastronomie Française (mais moderne quand même), la partie cuisine Japonaise et l’entre-deux, une partie qui métisse ces 2 genres. Ce qui est sympathique c’est que vous n’avez pas besoin de faire de choix tranché, vous pouvez vous régaler d’une entrée bien de chez nous, prendre un plat principal directement inspiré du pays du soleil levant et finir avec un dessert qui mélange les saveur d’orient et d’occident. Et ce n’est pas tout, ils ont de l’humour aussi, pour exemple il me semble me rappeler qu’il y avait un jeu assez subtil côté desserts, en effet la préparation principale constituant habituellement un Paris-Brest (soit une crème pralinée) se retrouve dans chacune des 3 variantes de desserts proposés, avec les noms suivant : Paris-Tokyo, Tokyo-Paris et Lyon-Tokyo (ou un truc du genre !) …

La où le jeu se corse c’est pour se rappeler ce qu’on avait commandé au fur et à mesure que les plats étaient servis. Personnellement j’ai mis tous mes espoirs dans mes camarades : « hop Silphi je crois que j’ai la même entrée que toi, hop hop Camille je crois que j’ai commandé le même plat chaud que toi, hop hop hop LeSud je crois que j’ai choisi le même dessert que toi ! »

Côté service, sourire et disponibilité étaient au rendez-vous, ce qui réchauffait cette atmosphère moderne. Les Mojitos « pas classiques mais bons » ont bien aidé aussi à mettre de l’ambiance à notre table, notez qu’une version sans alcool est proposée sur la carte, mais seul un faible pourcentage d’entre nous est resté sage ! Puis un petit tour pour se repoudrer le nez entre filles (on a évité la catastrophe quand l’une d’entre nous a voulu rentrer directement en cuisine, mais on ne dira pas qui ici « Oups c’est pas par là … ») qui nous a mené à l’autre bout du restaurant, c’était design et propre, on en a profité pour cancaner un peu !

Soirée au Domo-3

Photos de notre photographe B-Rob, bien sûr !

Seul le retour au tramway fut épique, entre talons dans les gravas et compagnie de jeunes femmes courtes vêtues … Le quartier est en pleine mutation, c’est dépaysant pour le moins que je peux en dire !

Le DoMo
45 quai Rambaud
69002  Lyon
04 37 23 09 23
Ouvert 7/7 jours


Quoi?! Vous ne suivez pas encore Lyon CityCrunch sur Instagram? Oh lala ! C'est par ICI.

23 commentaires

      1. J’avais pas vu ta réponse !
        C’est au 40 Quai Rambaud, dans le batiment d’Espace Group.
        Plat du jour : 9€
        Menu du jour : 15€
        J’y ai mangé hier, c’était bien bon ! A suivre..

  1. Merci Myrtille pour cette entrée en matière mais surtout pour ce magnifique « Domo Camille ». En japonais je crois bien que merci c’est plutôt « arigato » (prononcé aligato) et que « domo arigato » c’est « merci beaucoup ». Sacrée Myrtille, la pression sans doute… 😉

  2. Je viens à la défense de Mytrille.
    « Domo » signifie bien merci dans sa forme la plus usité au japon.
    « Domo arigato » c’est merci de façon plus poli.
    Et pour merci beaucoup, c’est « Domo argiatos gozaimasu » !

    Pierre DU en Japonais ^^ (Je savais bien que ça me servirait un jour ^^ )

  3. Bonjour;,

    j’ai mangé dans un bouchon lyonnais « pot d’Anne » rue des monts d’or à vaise, c’est une cuisine généreuse avec une cuisine lyonnaise et périgourdine, hum excellent et pas cher du tout !

    A découvrir

  4. Pour l’instant, peu de déception pour moi au Domo. A tester, surtout le midi car la formule est très correcte et service et plats sont excellents. D’ailleurs, avec ce premier rayon de soleil de mars, j’y fonce !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*