Photo de piètre qualité mais réalisée sans trucage !

… et d’emblée, pardon pour ce jeu de mots de plus ou moins bon aloi en ce jour de Saint-Valentin, car c’est  au pied de la lettre que nous allons aborder le sujet !

Dans la vie ordinaire, on choisit une paire de chaussures en fonction d’un modèle et d’une couleur, on sifflote, on teste, on tord du nez, puis on repose la boîte le coeur léger en se disant que la teinte parfaite sera dispo dans le magasin d’à côté, ou celui d’après, peu importe.

En revanche, quand on fait du 35, et qu’on a à peu près le même âge que sa pointure, c’est différent. Trouver des chaussures féminines (c’est-à-dire pas des bottes Barbie ou des crocs Dora l’Exploratrice) en pointure fillette, c’est comme chercher un trèfle à quatre feuilles : on y croit très fort mais on revient souvent bredouille.

Cependant, la cause n’est pas non plus complètement perdue pour les marginaux de la chaussure. Il existe quelques boutiques et même quelques enseignes (oooohh mais c’est presque trop !) où certains modèles sont déclinés jusqu’au 35. Pas en quantités industrielles, ne rêvons pas non plus, mais il suffit d’être au bon endroit au bon moment.

Texto

Chez Texto, il y a donc du 35. Et du 41 aussi, pour nos consoeurs de galère à l’autre bout de l’échelle.
Pour les repérer, ce n’est pas compliqué, la taille est écrite en blanc sur fond noir, alors que les tailles standard sont en noir sur fond blanc.
La stratégie à adopter :

  • Ne pas regarder les modèles exposés (pour ménager le suspense) et se concentrer sur les boîtes empilées, en mode flexion-extension, le regard perçant, pour repérer les tailles de l’extrême.
  • Essayer celles qui ont passé les tests de pré-sélection.
  • Puis juger de leur capacité à aller ou non avec vos tenues et/ou prévoir d’acheter les habits qui iront avec les chaussures retenues.

Pour ma part, j’y vais au moment des nouvelles collections, pour mettre toutes les chances de mon côté. Je repars avec trois ou quatre paires, d’un coup, qui me feront toute la saison (et même deux ou trois saisons, parce qu’elles tiennent plutôt bien).
Magasins Texto : 18 rue Victor Hugo, 3 place des Terreaux, Part-Dieu, 8 Grande Rue de la Croix Rousse.

 

La Botterie

C’est une collègue qui m’en a parlé : il y a 15 jours, parmi les modèles soldés, il restait en grande majorité les pointures les moins courantes.
Après avoir crié au miracle (car trouver du 35 en soldes relève de la quadrature du cercle), je suis allée y faire un tour.
Et en effet, c’était le paradis. Du 35 en voici en voilà, de beaux modèles, et moi qui n’étais pas loin d’applaudir à chaque fois que le vendeur revenait de la réserve…
Verdict : trois paires de bottes à -75%, originales, stylées et de qualité, et des vendeurs très aimables en bonus !
La Botterie : 58 rue Victor Hugo et 34 rue de Grenette

 

Quoi d’Autre

Et pour terminer, le bien nommé « Quoi d’Autre ? ». C’est un ancien Texto, rue de Grenette : j’y suis retournée par hasard, pour accompagner une amie, et on y retrouve des modèles assez similaires à ceux que l’on trouvait dans l’ancienne enseigne. Des chaussures tendance à des prix corrects, et, bonne surprise, le 35 ne manque pas à l’appel.
Dernier joli modèle repéré, des bottines pointues en cuir rouge : originales et de bonne composition. Une adresse à ne pas négliger dans vos recherches !
Quoi d’Autre, 9 rue de Grenette

Et si vous avez de bonnes adresses ou bons plans pour trouver chaussure à son pied, n’hésitez pas à les partager dans les commentaires !