Varsovie ? En Pologne ? Une drôle d’idée pour un week-end ?

Pas du tout ! Loin des clichés de ville triste, morne et grise où on ne mange que du chou et des patates : Varsovie, c’est le nouveau Berlin !  Une ville certes, entièrement reconstruite après la guerre mais débordante d’énergie dans son développement et la reconversion de ses anciens quartiers industriels.  En plus de son centre historique croquignolet, on y trouve désormais galeries d’art, burgers à tous les coins de rue et, détail non négligeable : plages de sable et nombreux bars-clubs en bord de Vistule où se détendre et faire la fête.

Visite guidée par deux crunchettes.

Jour -1 : Départ de Lyon et… arrivée tardive à Varsovie !

Résumé de la journée :

Soir : départ de Lyon
Nuit : arrivée à Varsovie

19h30
Arrivées à l’aéroport, bonne nouvelle : le terminal 1 est enfin ouvert et fonctionnel ! Fini le terminal 3 discount avec ses 12,5 km de balade dans des algecos… Le nouveau terminal est tout beau et super moderne avec sa zone de contrôle de sécurité ultra efficace !

Le départ est prévu à 21h35 et finalement : une heure de retard annoncée pour le vol… Nous avions prévu d’arriver à Varsovie vers minuit, il sera plus d’une heure du matin. Heureusement, nous avons réservé un appartement avec une « boîte à clés » (la clé est cachée dans une boîte qui s’ouvre à l’aide d’un code). Le temps de choper un taxi (il n’y a plus de transports en commun à cette heure tardive…) (et les taxis sont bon marché !) et vingt minutes de route plus tard, on choisit sans trop de concertation d’aller se coucher. Nous sommes des filles raisonnables (parfois).

Jour 1 : Varsovie en mode « touristes »

Résumé de la journée :

Matin :Park Marszałka Edwarda Rydza-Śmigłego et Voie Royale
Midi : place du Chateau Royal
Après-midi : jardin de la Bibliothèque Universitaire et Centre de Sciences
Soir : fête le long du Vistule

10h00
On prend nos cartes, nos appareils photos et iPhones chargés à bloc : prêtes ! Objectif numéro 1, se repérer dans la ville et se rendre compte des proportions. Depuis notre appartement nous traversons un petit bout du Park Marszałka Edwarda Rydza-Śmigłego (essayez de lire ça !) puis longeons les voûtes du chemin de fer à la recherche d’un petit déj’, et BIM première surprise : on tombe presque nez à nez avec des avions de chasse, posés, comme ça, l’air de rien sur un carré de pelouse !

On oublie la mission petit déj pour faire un petit tour de ce parc improbable, qui est en fait celui du Musée National. Jolie collection d’avions de chasse, d’hélicoptères qui rappellent étrangement l’univers de Miyasaki, de chars, et d’engins lance-missiles à la silhouette érectile ;-).

On reprend notre objectif petit-déj et arrivons sur le rond-point Charles De Gaulle, facilement reconnaissable grâce à son palmier en plastique (!). Nous voici sur la Voie Royale, l’artère principale du centre-ville.

10h30
Ce n’est pas par hasard que nous arrivons dans la pâtisserie Blikle : nous venons déguster le fameux « pączek », un beignet fourré à la confiture de rose et nappé d’un glaçage au sucre, légendaire à Varsovie.

Il y a une entrée pour le café avec un décor authentique, une autre – plus simple – pour la pâtisserie. Tout ce qui est présenté à l’air bien chargé en crème, c’est appétissant au point d’en baver sur les vitrines, mais heureusement on sait se tenir ! L’histoire dit que ce beignet était le dessert favoris du général de Gaulle et qu’il s’en faisait livrer chaque matin… Et on peut le comprendre ! C’est délicieux !

11h00
On découvre tranquillement le coeur historique de Varsovie en avançant le long de la Voie Royale. Le soleil est là, les bâtiments sont plutôt beaux, aux architectures sobres et rectilignes qui rappellent « la rue aux proportions idéales » ( >les poupées russes de Cédric Klapisch). On découvre les bancs musicaux de la ville qui nous jouent des extraits composés par Frédéric Chopin (que les polonais adorent !) : une belle trouvaille dans le domaine du mobilier urbain-touristique !

11h30
Notre petite liste des trucs à voir nous conduit sur la place Pilsudski (qui doit bien faire deux fois la superficie de la place Bellecour…) sur laquelle une des réalisations de l’architecte-star Sir Norman Foster : le Metropolitan, un centre d’affaires construit en 2003 fait face à un Sofitel so 70’s. Comme nous sommes toutes les deux bien branchées archi-design et art, ca n’a pas été difficile de passer une bonne demi-heure à photographier le bâtiment ultra contemporain sous toutes ses coutures.

12h30
La Place du Château Royal nous a réservé un grand moment d’émerveillement. Il y avait du soleil, un musicien plutôt bon, une vendeuse de ballons et des oiseaux exotiques (qui se sont finalement révélés être des pigeons teints en fluo !) pour amuser les touristes. On était d’humeur bon public et il n’en fallait pas plus pour passer un super moment. Nos coeurs de petites filles de 4 ans se sont emballés devant la marchande de ballons, face au château. On a cherché les princes charmants, mais ils devaient être cachés dans les pigeons transgéniques…

13h00
C’est ici que l’on trouve la fameuse et célèbre petite sirène, fondatrice de la ville. Il parait même que c’est la petit soeur de celle de Copenhague (ce qui est plausible vu que c’est la même mer Baltique…). Cette Place du Marché est plus intéressante pour ses maisons aux façades chichement décorées que pour sa petite sirène, mais comme on sortait du château de princesses c’était dans le ton !

13h30
Rattrapées par nos estomac un peu vides, nous voici peu de temps après dans la queue du Pod Barbakanem : un « bar à lait », vestige de l’époque communiste qui sert une cuisine simple pour un prix modeste, l’idée étant d’être accessible à tous.

Même si les touristes sont présents dans la file d’attente, beaucoup de locaux s’y restaurent toujours, le service est pareil à celui d’une cantine (parlepas anglais, pas très causant et pas vraiment chaleureux…) mais la cuisine est fraîche, cuisinée sur place (on voit les cantinière qui s’affairent autour de dizaines de marmittes et de casseroles à travers le passe-plat) : pas forcément très raffinée mais traditionnelle et roborative ! Avec les explications de Clem qui connaît mieux la culture polonaise que moi, je comprends mieux les fondements de cette époque en mangeant ici. La soupe froide à la betterave que j’ai commandé me ravie les yeux !

14h30
Petite balade digestive le long de la Barbakane (fortifications de la ville) jusqu’aux jardins du Château Royal. La promenade est agréable, de nombreux artistes exposent ici leurs « oeuvres »…

Nous arrivons ensuite sur une placette toute charmante et quasi déserte (Mariensztat) et en profitons pour faire une petite halte (café pour Marlouzette et bière pour Clém !) dans un pub tenu par de véritables bad-boys.

On a beaucoup aimé l’ambiance de cette petite place hyper calme, et reculée du centre.

Prochain objectif : le toit-jardins de la Bibliothèque universitaire

15h30
Pour éviter de faire deux fois le tour du bâtiment avant de trouver l’entrée du jardin de la Bibliothèque Universitaire, je vous recommande de ne pas faire comme nous ; à savoir : de prendre le temps de visualiser l’entrée sur un plan ! Le jardin de cette bibliothèque est assez grand et ne propose pas d’entrée tous les 100 mètres comme au Parc de la Tête d’Or. Vous pourrez ainsi éviter de perdre 30 minutes à faire le tour du quartier.
Ce jardin est un bon petit spot pour venir se détendre dans la verdure ! On y trouve quelques oeuvre d’art, des bancs cachés derrière des bosquets pour se bécoter, une balancelle en osier… Un endroit qui ne flaire pas le stress en tout cas, et surtout : les toits sont accessibles pour avoir une vue dégagée sur la Vistule.

16h30
A deux pas de la Bibliothèque Universitaire se trouve le Centre des Sciences de Copernic, le toit est aussi accessible par un escalier extérieur, et permet aussi de prendre de la hauteur mais celui de la Bibliothèque Universitaire est cependant mieux aménagé et plus bucolique…

17h00
On profite d’une petite manifestation de street food « Open Er » sur le bord de la Vistule pour faire une pause-gaufre fourrée aux fruits et M&M’s, histoire de se requinquer avant de se diriger vers le Palais de la Culture, la fameuse tour offerte par Staline aux Varsoviens. Les proportions de l’édifice sont impressionnantes !

18h30
Petite détour par le centre commercial Arkadia qui est juste à côté, non loin également du palais de la culture; histoire de voir une bizarrerie architecturale signée par une agence… lyonnaise ! (si, si…).

19h00

On commence à être gentiment cramées, les 20km parcourus depuis ce matin n’ont pas eu raison de notre enthousiasme, mais un petit break s’impose, nous sommes à court de batterie sur tous nos jouets électroniques.

21h30
On se remet gentiment en route, histoire de voir un peu à quoi ressemblent les samedi soirs à Varsovie. On avait cru comprendre sur internet qu’il y avait des « bars éphémères » le long de la Vistule durant l’été, vraiment pas loin de l’appart que nous occupons. On décide donc d’aller dans cette direction tâter un peu l’ambiance. Et là, c’est juste un truc de malades !

Ce sont en fait une bonne dizaine de clubs en plein-air qui sont installés sur les berges. Dance-floors, scènes avec des DJ aux platines, totem en légos autour duquel les gens dansent comme des dingues, des transats dans tous les coins, des foodtrucks… L’ambiance est vraiment hyper festive et ultra bon-enfant (le seul mec lourd qu’on a croisé était… un français !).
On a l’impression d’être aux Nuits Sonores à 3h du matin alors qu’il n’est que… 22h00.

On mange un des meilleurs burgers de toute notre vie, assistons à un concert de new-wave polonaise – à moins que ce ne soit un happening d’Art Contemporain ? – et terminons la soirée sous un pont (!) où se tient une free-party là aussi à l’ambiance déchaînée (les polonais dansent de façon beaucoup moins décomplexées que nous ! Ils se trémoussent comme des petits fous, ça fait plaisir à voir !).

A une heure du matin, extinction des feux, tout ce petit monde se disperse. C’est dommage, on commençait juste à se mettre dans l’ambiance !

Bilan de la journée : 23km, des jolies choses plein les yeux, du gros son plein les oreilles !

Jour 2 : Le Varsovie « alternatif »

Résumé de la journée :

Matin : Praga
Midi : Soho Factory
Aprem : Musée du néon + Parc Lazienki
Soir : Pawilony

10h00
Après une nuit bien trop courte, nous sommes reparties. Objectif de la journée : découvrir le Varsovie alternatif, en commençant par « Praga », le quartier des artistes et du street-art situé de l’autre côté de la Vistule.

Alors que nous longeons la Vistule en tentant de trouver un pont qui nous amènera de l’autre côté, Marlouzette repère un mini-ferry qui apparemment propose la traversée pour les piétons.
Première bonne nouvelle : il part dans quelques instants.
Deuxième bonne nouvelle : il est gratuit.
Troisième bonne nouvelle : un groupe de 5 jeunes éphébes slaves se mettent torse-nus pour se prendre en photo (!).
La journée commence bien !!!!

Nous arrivons à la plage. Une vraie jolie plage de sable blanc, sur laquelle les gens bronzent en maillot de bain.

On marche un long moment, en longeant le tout nouveau stade (construit pour l’Euro 2012).

11h00
Il fait faim ! On prend le petit-déjeuner au tout mignon Niebieski Syfon (dans l’enceinte du Musée Praga).

11h30
On arrive dans Praga. A l’entrée de la rue Zabrowska (et non pas Zubrowska…), il y a une immense fresque de stress-art avec des éléments mobiles et des tables de ping-pong installées au milieu de la rue (piétonne). Je me dis que mes copains de la Guillotière a-do-re-raient cette ambiance #plushipstertumeurs !

Malheureusement, c’est tout ce que nous retiendrons de Praga car c’est dimanche (#jourduseigneur et en Pologne, ça compte !) et il ne se passe pas grand chose… Les galeries, les échoppes et les magasins de créateurs-designers sont tous fermés ! Du coup, même si on prend plaisir à photographier quelques chouettes oeuvres de street-art, la déambulation parmi tous ces immeubles décatis où il n’y a absolument personne d’autres que des gens franchement louches devient légèrement glauque.
On décide de rebrousser chemin.

12h30
Place Wilenski avec sa chouette église. On prend le tramway… qui finalement ne va pas du tout dans la direction indiquée sur les panneaux. Bon, c’est la journée de la loose en fait ?
Aucun taxi en vue. Je regarde à tout hasard mon smartphone voir si un Uber ne pourrait pas nous sauver la mise. Ouf, y’a Uber à Varsovie et il sera là dans 3 minutes !

Direction la « Soho Factory », qui est un peu de Confluence de Varsovie : un ancien quartier de friches industrielles en pleine reconversion.

13h30
On se balade donc dans la Soho Factory : architecture contemporaine, restaurants chics dans une ancienne halle industrielle, square pour les enfants au design recherché, oeuvres d’art posées dans les pelouses… Ce petit bout de quartier est super sympa !

14h00

On enchaîne avec le Néon Muzeum = le Musée de Néon. Les enseignes lumineuses ayant été beaucoup plus utilisées en Pologne qu’en France, elles ont ici un Musée qui leur est consacré. C’est un petit musée mais l’ambiance y est électrique !

14h30
On reprend un Uber pour retourner au Kafe Kafka que nous avons aperçu hier et qui avait l’air d’être un super spot pour se poser, avec sa bibliothèque, son immense terrasse-parc et ses nombreux transats.
On y déguste une salade (pour Marlouzette) et une espèce de grosse crêpe aux légumes et au saumon (pour Clém).

15h30
On se rend (à pied cette fois) au salon de thé historique de la chocolaterie Wedel pour le dessert-goûter. L’ambiance est cossue, la décoration est typique de l’époque entre-deux-guerres (boiseries, lustres et dorures) mais pour autant l’ambiance est assez décontractée. On craque pour une énorme coupe-glacée et une part de gâteau au chocolat. Une tuerie !

17h30
C’est la course pour arriver au Fotoplastikon avant 18h00. C’est quoi donc un Fotoplastikon ? Une installation du début du siècle dernier qui ressemble à un très gros meuble en bois autour duquel des espèces de « jumelles » vous permettront de découvrir des photos anciennes avec un effet 3D.
Même s’il y en a un à l’Institut Lumière, il y en a très peu dans le monde et pour 4 zlotys (= moins d’un euro…), vous pourrez remonter dans le temps pour découvrir le Varsovie d’avant guerre dans une ambiance de cabinet de curiosité…

20h00
Après une pause shopping, on reprend un Uber pour aller au Parc Lazienki. C’est LE parc de Varsovie tout mignon avec son lac et ses bâtiments au style désuet et suranné.

22h00

On ressort de l’appart avec la ferme intention de nous rendre dans un club bien underground. Bon, après recherches sur internet, les deux gros clubs connus ont fermé ces deux dernières années, on en a bien repéré un autre qui s’avère finalement être fermé le dimanche… Décidément…

On passe devant le « Warszawa Powisle » qui est un des bars réputés pour être les plus hype de la ville avec son architecture en soucoupe volante, typique du style communiste mais l’ambiance étant des plus calmes, on continue notre chemin…

On se retrouve finalement à aller boire des coups dans les bars Pawolony. Ambiance artistico-alternative pour cette rangée de bars faits de bric et de brocs, planqués dans une arrière-cours…

Bilan de la journée : 20km à pieds, une chouette journée bien que notre programme ait été un peu contrarié par le repos dominical (et peut-être aussi estival…).

Jour 3 : Les Halles du Marché Mirowska et le Musée de l’Insurrection

Résumé de la journée :

Matin : Halles Mirowska et Musée de l’Insurrection
Midi : Place Europejski
Après-midi : retour à Lyon

10h00
Aujourd’hui, il faut la jouer stratégique pour faire le maximum de choses avant de reprendre notre vol. On décide d’aller jeter un oeil aux Halles Mirowska, LE marché de la ville typique, dans ses anciennes halles en briques.
On en profite pour s’enfiler une grosse barquette framboise (à moins de 2 euros…) pour le petit-déj, accompagnée d’un horrible café (celui où le marc de café est au fond de la tasse).
Marlouzette achète un bon kilo de saucisse fumée pour sa famille. Le marchand est tout content, on lui a fait sa semaine ! Le sac à dos aussi, l’odeur est toujours imprégnée, mais la Kieebaza dymem wedzona est une tuerie gustative pour des fans de charcuterie comme nous !

11h00
Musée de l’Insurrection.
Les polonais sont super forts en scénographie. Ils nous le prouvent une fois de plus avec ce musée de 3 000 m2 qui retrace l’Insurrection de Varsovie : 63 jours durant lesquels les civils polonais se sont soulevés aux côtés de la Résistance pour combattre l’occupant Allemand et préserver la souveraineté de la Pologne face à l’avancée de l’Armée Rouge. L’issue fut tragique et même si ce Musée est vraiment génial, le moral en prend un coup…

14h00
Pour nous remettre de nos émotions, nous déjeunons sur la jolie petite terrasse fleurie du Folk Gospoda. Un petit restaurant un peu folklorique au milieu d’un quartier moderne grouillant !

15h00

Nous retournons au Musée de l’Insurrection récupérer nos valises laissées à la consigne. Sur le chemin, nous découvrons la Place Europejski. Enclavée entre les buildings c’est un endroit surprenant : des enfants barbotent joyeusement en slip dans les fontaines pendant que les parents sont posés dans des transats. Il y a de la musique, une bibliothèque et un camion qui propose des glaces et boissons pendant que les businessmen en costard passent leurs coups de fils avant de remonter bosser.
Un mélange des genres réjouissant, une petite bulle de bonheur après la déprime du Musée de l’Insurrection.

16h00

Il est temps de prendre un taxi pour rejoindre l’aéroport.

Bilan du séjour

On est hyper contentes d’avoir pu découvrir cette ville pas encore très touristique mais au super potentiel ! Il nous aurait fallu une bonne journée de plus (et une encore meilleure organisation !) pour vraiment pouvoir faire tout ce qu’on avait repéré… mais ce sera l’occasion de revenir.

C’est une destination idéale si vous êtes un peu fauchés et que vous voulez découvrir une capitale européenne un peu « alternative » aux grand classiques que sont Berlin, Barcelone, Londres ou Pragues…

La plupart des lieux historiques et touristiques peuvent se faire à pied, et les taxis sont très peu chers. En revanche, i faut savoir que peu de polonais parlent anglais.

En plus, l’ambiance est vraiment bon enfant : nous étions deux filles, nous avons traversé des petits morceaux parcs mal éclairés et des ponts de voie ferrées le soir, il ne nous est absolument rien arrivées.

Nous n’avons pas vraiment eu le temps de visiter les musées mais il y en a de très nombreux pour ceux qui aiment les séjours culturels… tout en ayant également la possibilité de faire la fête ! (à condition de sortir tôt !).

Comment y aller ?

avionLCC

En avion, comptez environ 2h10 depuis l’aéroport de Lyon avec la compagnie Wizz Air. Deux vols sont opérées par semaine : le vendredi et le lundi. Parfait pour un week-end prolongé. On trouve des billets à partir de 55€ en s’y prenant assez tôt !

Informations et réservations sur www.LyonAeroports.com.

Nos bons plans

  Inspiration