Salut les chatons, j’espère que vous avez passé un bel été et que la rentrée a été l’occasion de reprendre vos bonnes résolutions : manger plus sain (« raté avec le burger d’hier »), trouver une activité sportive (« non ce soir je ne peux pas je dois garder mon poisson rouge »), se cultiver (« oh tu sais moi l’art contemporain… »).

Bon ok… vous êtes un peu comme moi, la rentrée n’a pas forcément été synonyme de grandes résolutions personnelles mais vous avez envie de vous faire plaisir, de vous balader et flâner tranquillement ? Vous arrivez sur Lyon et vous n’y connaissez rien, une découverte express s’impose ? Vous avez juste envie de pouvoir raconter tout un tas de trucs (plus ou moins) cool à votre prochain dîner avec beau papa? Les Balades urbaines sont faites pour vous et il y en a pour tous les goûts !

Aujourd’hui nous irons nous balader du côté de Perrache... oui vous avez bien entendu une balade à Perrache. De ce quartier qui n’a pas toujours une image très positive, je souhaitais vous raconter une partie de son histoire, vous montrer des recoins insoupçonnés, vous donner quelques bonnes adresses, vous narrer des anecdotes sur le quartiers et ses rues. Vous êtes prêts ?

1- La Place Gailleton, pause bucolique en presqu’île

Notre balade débute dans un petit havre de paix en presqu’île, sur une place rectangulaire et ouverte à quelques mètres des quais du Rhône. C’est en 1777, lors de la destruction des remparts de la basilique d’Ainay, qu’est créée la place Grolier en l’hommage à l’un des 1ers et plus importants actionnaires de la Compagnie Perrache. En 1913, un monument est érigé à la mémoire de Gailleton, la place prendra alors ce nom, connu de tous aujourd’hui. De part de d’autre de la place Gailleton, vous pouvez admirer les belles façades de style classique. Un buste dominant un couple sculpté dans une sorte d’arc de triomphe, des têtes de lions et un bas-relief ornent le monument central de la place. A l’époque, sur cette place, les riverains pouvaient profiter d’une pompe à eau publique. Aujourd’hui des bancs, une fontaine à jets d’eau interactifs et de grands arbres offrent à la place un air bucolique et relaxant.

2- Les beaux Hôtels particuliers de la rue Charité

Découvrir le quartier de Perrache, c’est prendre le temps de flâner dans ses ruelles et notamment s’aventurer dans celles qui bordent la rue Victor Hugo. Depuis la place Gailleton, empruntez la rue Fleurieu avec sa disposition en diagonale qui serait dûe à sa localisation sur un ancien bras du Rhône.

Rejoignez la rue de la Charité qui regroupe de très belles façades d’Hôtels particuliers : au n°30, l’hôtel de la Croix-Laval et au n°46, l’Hôtel Sarron qui abritait autrefois les bureaux de l’imprimerie-librairie de Mathieu Paquet, puis de la Presse lyonnaise du Sud-Est.
[1] Au n°34 de la rue se trouve par ailleurs l’Hôtel Villeroy qui abrite le Musée des Tissus et des Arts décoratifs de Lyon, et propose régulièrement des expositions temporaires autour de l’un des fleurons de l’industrie lyonnaise.

3- S’offrir une pause gourmande et shopping dans le quartier d’Ainay

C’est assez inédit dans mes balades urbaines mais pour celle-ci j’ai vraiment souhaité vous donner mes bonnes adresses du quartier, la liste est loin d’être exhaustive alors je vous invite à regarder dans la liste complète des lieux testés par l’équipe LCC. Si vous souhaitez prendre un café dans un endroit agréable je vous conseille la Maison Métagram au n°8 de la rue Fleurieu ou de vous rendre au 37 Rue des Remparts d’Ainay à la Galerie Slika, une galerie d’arts-café pas comme les autres ou encore au n°30 chez Little pour des cupcakes et citronnade maison. Au n°39 de la rue Charité on remplit son panier avec les délicieux fromages de Chez Mons ! Certes, il ne faut pas que la balade dure trop longtemps pour l’odeur…

Envie de grignoter un morceau ? Au n°49 de la rue Charité on dévore les poulets frits de chez Mike Restaurant, une cantine street food qui fait des « nuggets maison » délicieux. Pour un air de Dolce Vita, il faudra s’arrêter au n°42 chez Himalia et ses succulentes foccacias. Sans oublier les délicieux carrot cake du Café Marmot la porte à côté.

Enfin dans mes bonnes adresses du quartier côté shopping, je recommande le concept store Mathuvû au 43 rue Charité : de la jolie vaisselle, de la papeterie toute mignonne, des bijoux et des objets déco très tendance. Et bien sûr si votre porte-feuille le permet ou juste pour le plaisir des yeux, vous pouvez flâner dans les boutiques d’antiquaires qui ont fait la réputation de la rue Auguste Comte, comme la très étrange boutique de Marilyn.

4- La Place Carnot et sa Marianne haut perchée

Tournez sur la rue de Condé pour rejoindre progressivement la Place Carnot. Savez-vous qu’avant le XVIIème siècle, le confluent se trouvait à l’emplacement de la place Carnot, une zone assez hostile à l’époque ? C’est Antoine Michel Perrache qui propose en 1770 d’assécher ces marécages et de déplacer le confluent à leur extrémité sud, afin d’étendre la ville.

En 1816, débute l’aménagement d’une grand place carrée, la Place Carnot. [2] En 1852 une statue à l’effigie de Napoléon Ier est érigée sur la place et sera détruite à la chute de l’Empire. Sur la Place, trône aujourd’hui fièrement une statue en bronze de Marianne, vestige de la célébration du centenaire de la Révolution. Mais à l’origine le monument était nettement plus monumental et dominait tout Perrache avec 6 autres allégories à ses pieds : la Liberté, l’Egalité, la Fraternité (déplacées au Parc Bazin), la Ville de Lyon (restée sur place), le Rhône et la Saône (déplacées au pied de la statue de Louis XIV).

Aujourd’hui la Place est célèbre pour accueillir chaque année le marché de Noel. C’est un véritable lieu de vie avec ses nombreuses terrasses ombragées très agréables l’été, ses animations temporaires et son marchés de producteurs le mercredi après-midi. De beaux immeubles bourgeois aux façades ornementées bordent la Place Carnot.
La naissance de la Place est intimement à la celle de la gare Perrache que nous allons à présent découvrir.

5- Le surprenant centre d’échange de Perrache

[3] Le Centre d’échange de Perrache, que les lyonnais appellent affectueusement « la verrue », masque la belle façade 1850 de la gare ferroviaire, que l’on ne peut apercevoir que depuis le parking du dépose minute. Autrefois le cours Verdun, dénommé en toute simplicité « la plus belle avenue de Lyon », avec ses allées piétonnes bordées de majestueux platanes, et son esplanade accueillant des marchés, était un haut lieu d’intérêt et de passage. Alors certes l’échangeur actuel (merci Pradel !) n’est vraiment pas des plus glorieux et on espère tous que les travaux prévus permettront d’aérer le site et de rendre agréable sa traversée, mais le centre d’échange regorge de nombreuses anecdotes croustillantes.

Saviez-vous par exemple que le premier mur végétal dépolluant se trouvait sur les murs des rampes de parkings ? Connaissez-vous l’étrange et effrayante légende du château Perrache ? Que Larmatine était toujours redevable de 40 francs dans le livre de comptes de 1857 de la Brasserie Georges ? Saviez-vous que le lustre du Centre d’échange de Perrache est l’un des plus grands du monde ? Avec ses 7 m de large et ses 9 m de haut, réalisé par l’artiste Jean-Pierre Vincent, créateur de luminaires, ce lustre s’illumine une fois l’an, lors des Fêtes des Lumières tel une grosse boule à facette disco.

Au début des années 80, les élèves des écoles de la région venaient de loin pour visiter ce centre multi-modal qui réunissait en un même lieu : échangeur auto-routier, station de métro, gare routière, centre commercial, station de taxi, jardin suspendus, école d’art et musée.
[4] Amusez-vous à chercher l’accès aux surprenants jardins, qui reprennent vie depuis quelques années grâce à l’association des jardins suspendus de Perrache. De là, vous aurez un point de vue « exceptionnel » sur l’échangeur autoroutier et l’entrée du fameux tunnel bouchonné de Fourvière.

6- La Place Ampère, ôde à la science

[5] Prenez la fameuse artère piétonne et commerçante de la rue Victor Hugo sur quelques mètres. Imaginée par Perrache fin du XVIIIème siècle cette rue fût réalisée en plusieurs étapes au fur et mesure de la démolition des couvents situés sur son tracé.
[6] Arrivée sur la Place Ampère, qui est encore un peu en travaux, découvrez la statue du physicien lyonnais Ampère réalisée par le sculpteur Charles Textor et l’architecte Joseph-François Dubuisson. Le monument est une véritable ôde à la science et à cet illustre lyonnais siégeant au centre de la place sur un piédestal de pierre gravé de ses nombreux titres de gloire.

7- La majestueuse Basilique Saint-Martin d’Ainay

Empruntez la rue Bourgelat jusqu’au croisement avec la rue de l’Abbaye d’Ainay. [7] Vous voici à présent sur la Place d’Ainay devant la Basilique Saint-Martin d’Ainay, ancienne église abbatiale de style roman. C’est un bâtiment sublime, dans ce quartier qui regorge déjà de très belles façades ! Il faut donc lever les yeux partout ! Les moines de l’abbaye d’Ainay prétendaient que la basilique avait été fondée au 5ème siècle à l’emplacement de la découverte des restes des martyrs de Lyon, et présentaient à la vénération un sac de cendres et une pierre sur laquelle Potin, 1er évêque de Lyon et de Gaule aurait posé sa tête. Incroyable !

L’abbaye a aussi eu un rôle majeur dans la célébration de la fête des Merveilles ou fête des Miracles : cérémonie à la fois religieuse et païenne qui a eu lieu à Lyon sur les rives de la Saône pendant une partie du Moyen Âge. Restaurée il y a peu, l’intérieur clinquant vaut aussi le détour.

8- Terminer en beauté votre balade : spot avec vue en prime !

Pour terminer votre balade, je vous propose un très joli point de vue. Après la Basilique Saint-Martin d’Ainay, reprenez la rue de l’Abbaye d’Ainay puis prenez la rue Jarente et ensuite la rue Vaubecour. Passez la Place Antoine Vollon et sa jolie fontaine pour continuer sur la rue du Plat. A l’angle avec la Rue Salla vous y êtes, tournez la tête à gauche côté Saône, une jolie vue sur la Passerelle Saint-Georges vous attend.[8]

Si vos jambes le permettent encore poursuivez avec notre balade sur le Vieux-Lyon, sinon une pause shopping-détente vous intéresse ?

Mes adresses coups de cœur du quartier : l’agréable petite boutique Rose au passage pour faire quelques emplettes tendance. L’Univers B pour prendre un délicieux thé et Smor&Brod pour une tartine scandinave qui revigore !


Hop ! la petite carte qui va bien !