Après avoir dit tout le mal qu’on pensait des coffee shops, des ventes de plantes et des brunchs, il était grand temps de dénoncer cet autre fléau de notre temps : les bars à bières...

J’ai bien conscience que je ne vais pas me faire beaucoup d’amis sur le sujet. Mais que voulez vous, être dans le vent, c’est une ambition de feuille morte comme qui dirait !

Alors voilà, j’ai à cœur de remettre à l’honneur nos bonnes vieilles caves à vin rouge qui tâche, bien à propos en cette saison.

Comment l’invasion anglosaxone règne

Bon sang ! C’est quoi cette invasion de la mousse! C’est bien simple, de nos jours, dès qu’un bar pousse c’est soit pour machouiller trois feuilles de salade soit pour avaler une IPA (oui parce que maintenant on a tous un master en zythologie = la science de la binouze, chaton !).

On en est là ! Autrefois cantonnée aux festoches et concerts en tout genre, maintenant la bière est partout. A tout moment de l’année « on va boire un verre » équivaut à « on va boire une bière ».

Pour peu que tu te démarques avec ton petit ballon de rouge tu passes pour un snob ou pour quelqu’un jugé avec effroi, car il n’aime pas ce breuvage si digeste… un extraterrestre en somme.

A l’origine, on consommait plutôt de la bière pour son côté désaltérant, maintenant, on nous la colle à toutes les sauces, et surtout sauce burger et onions rings … histoire de parfaire le voyage en terres anglophones !

Comment c’est arrivé ? 

Hé toi là, le gaulois qui a renié son verre de blanc en même temps qu’une tranche de rosette et un bâton de Comté, pourquoi ? Te faire pousser la barbe afin qu’un peu de mousse y reste accroché ! Oui toi, coucou le hipster ! Cheers !

Maintenant on ne peut plus commander une pinte sans réviser à la maison au préalable. On la veut rouquine, du tadjikistan, qui voyage à vélo ! Qui ça ? la bière évidemment ! Si en plus elle est brassée par grand mère et bien bio … hé ça va, on a juste demandé  “à boiiire” tavernier !

Comment se distinguer avec un verre à pied

Je propose donc un plan d’action en 3 points pour lutter contre cette gangrène.

  1. Boire du vin même en soirée électro dans la foule en délire. Pourquoi ? Parce que c’est moins cher ! le prix des pintes aussi il est en délire : 7 – 8 € ! 
  2. Boire du vin à l’apéro. Pourquoi ? Parce qu’il est cruel de choisir entre boire ou manger ! Bon ça peut être économique un repas complet à la Guinness remarque ^^
  3. Boire du vin pour séduire un date Tinder. Pourquoi ? Parce qu’un frenchy qui converse bordelais ou bourguignon, ça fait mouche internationalement !

Et si vous ne voulez toujours pas rejoindre le mouvement, replongez plutôt dans vos classiques. Le dîner de cons ne s’est pas fait autour d’une HOP 13. Ce n’est pas non plus dans un Woody Allen que la Brewdog coule à flot. Et enfin, même Jésus partageait du rouge avec ses potos 🙂

Oui, hein  ! Allez pas croire qu’on ne va plus trainer nos gosiers dans les bars à bière, ni même vous en parler…

 

 

5 commentaires

  1. On sent le lobby du Beaujolais Nouveau derrière ce billet 🤣
    Sinon pour aller plus loin sur la bière qui ne se résume plus qu’à la Kro ou à l’horrible Heineken.
    Je te propose de découvrir une chaîne Youtube bien sympa à ce propos : 1 bière et j’y vais. Mate notamment celle avec le bierologue (et toutes les autres en fait). Et on pourra voir que la Bière est un liquide bien plus noble qu’on ne voudrait le croire.
    Lien de la chaîne Youtube sous mon Pseudo.

  2. Moi ce qui me dérange, c’est pas les bars à bière, c’est les bars à bière compliquée… Les bars servant une simple Kro ou HK sont de plus en plus rares. Et quand tu en trouves tes potes te regardent bizarrement quand t’es content de boire une kro…
    Je n’ai rien contre les bières artisanales (bien au contraire j’en achète souvent) mais je trouve que la bière à l’ancienne (aaaah une bonne vieille Juipler…) offrait un truc cool : un légère ivresse sans chichi à moindre cout…

    1. Ah mais je suis carrément d’accord mais du coup, tu me connais, je ne suis pas un esthète ni un snobinard, du coup les bars à bière, je n’y mets rarement les pieds. Du coup, la bière je préfère la partager chez moi ou chez des connaissances/amis et pour le prix d’un demi pression classique au bar, t’as souvent une kraftbeer artisanale/locale/bio de qualité en 33cl. Et le moment partagé est souvent bien sympa 🙂

  3. Je n’ai vu qu’à la fin que cet article a été écrit par une nana. A aucun moment je me suis dit que c’etait un mec qui écrivait, mais voir la signature m’a surpris.
    Je m’explique. Il est beaucoup plus dans les usages de voir une femme à une terrasse avec un verre de vin blanc, ou rouge qu’importe, qu’avec une pinte. Donc ce petit ras le bol sur la bière partout était dans ma tête une histoire de mec.
    Et non.
    Sinon, c’est bien écrit mais il manque un truc juste INDISPENSABLE, il n’y a aucune adresse…
    Donc, Presqu’ilienne, si tu as besoin d’un aventurier. Fais signe.
    J’aime aussi le vin.

  4. coucou
    La bière n’est pas d’origine anglo-saxonne, donc pas d’invasion de ce coté. Elle fut créée il y a des millénaires en Mésopotamie et a suivi par la suite les civilisations antiques et nouvelles (Irak, Egypte, Grèce, Italie (Romains), France, Belgique, Allemagne, Pays-Bas etc…). Les Britanniques en boivent certes beaucoup mais moins que pas mal d’autres pays, 3 premiers : République tchèque, Autriche, Allemagne. Le Royaume uni est N° 21 (OK l’Irlande N° 6) et la France N° 41, il nous reste de la marge, à votre santé ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*