Nous sommes en 2018 après Jésus-Christ. Toute la Capitale des Gaules est occupée par les coffee shops… Toute ? Non ! Car d’irréductibles PMU résistent encore et toujours à l’envahisseur…

Aujourd’hui, chers lecteurs nous allons aborder un sujet beaucoup plus grave que le prochain lieu de débauche où dépenser vos maigres économies. Cela fait maintenant plusieurs mois que ce problème nous tracasse au sein de l’équipe CityCrunch et il est grand temps d’aborder sans tabou ce fléau des années 2010.

Regardez, ils sont là, dans les arrondissements, près de chez vous, ils sont sur les réseaux sociaux !  Les Coffee shops…

Au début, on trouvait ça mignon. C’était même limite attendrissant ! De jolis cafés bien décorés qui donnent envie de jouer à la dinette entre adultes… Qui ne succomberait pas ? Pas nous en tous cas !

Mais les coffee shops sont comme les lapins, tellement doux et désarmants qu’on en adopte un ou deux sans penser un instant qu’ils vont se reproduire (comme des lapins, donc ! ). Et au moment où on se rend compte de son erreur, IL EST TROP TARD !

Impossible de s’en débarrasser (qui aurait le courage de tuer un joli lapin ou de faire fermer un beau coffee shop…). Certes le lapin, c’est très bon en civet mais avec tous les végans qui rodent dans le secteur personne n’envisage cette solution radicale…

Lyon, comme toutes les grandes villes d’Europe, est contaminée. Certains coins de la ville sont même gravement atteints. Les Pentes, Ainay-Ampère et La Guillotière sont déjà considérés comme des secteurs perdus tandis que d’autres quartiers sombrent à leur tour (Vaise, par pitié, tiens bon !) …

Comme à la Maison – rue Chevreul bien évidemment

Le cas de la rue Chevreul, dans le 7ème arrondissement, est même devenu un cas clinique. Autrefois surnommée la rue des kebabs elle n’est maintenant plus qu’une enfilade de jolis cafés et s’y promener sans percuter un hipster un latte à la main et un banana bread dans l’autre relève de l’exploit.

Nous nous sommes tant aimés

Tout avait pourtant bien commencé. Je me souviens avec émotion quand le Café Mokxa, l’un des premiers coffee shops (si ce n’est LE), a ouvert ses portes à Lyon. Quelle joie ! On avait enfin une alternative aux Starbucks pour acheter du café hors de prix. C’était beau, c’était bon, c’était cool… Et surtout ça permettait enfin à la vague hipster encore naissante d’avoir son lieu totem (bon Ok il y avait déjà les salons de tatouage, mais on se fait moins souvent tatouer qu’on avale un carrot cake…).

Et puis, les ouvertures se sont enchainées. Ça poussait de partout tel des bourgeons au printemps. Souvent monté par des ex-salariés au bord du burn-out, le coffee shop devenait à la fois refuge pour les urbains stressés et voie de salut pour les fatigués du monde du travail (et avouons-le, préparer des bons cafés s’avère un peu plus sexy et réaliste qu’élever des moutons dans le Larzac).

Au début en se réjouissait de ces ouvertures en cascade. Chaque nouveau lieu était comme un pin’s supplémentaire sur la carte de la coolitude de notre quotidien et positionnait davantage Lyon comme une ville branchée. On s’est vautré avec délectation dans des hectolitres de café équitable, des piscines de lemon curd et des tonnes de muffins sans gluten. Hélas, comme une grenouille qu’on ferait cuire très très lentement, quand on s’est rendu compte de ce qui nous arrivait, on était déjà ébouillantés !

Mais trop c’est trop

J’ai du mal à situer la date de cette prise de conscience. Est-ce quand le PMU où j’avais mes habitudes a été remplacé par un bar à cappuccino ? Ou bien quand un bar à chat végan (VEGAN !!!) a ouvert à trois pas de chez moi ? Toujours est-il qu’aujourd’hui la saturation est belle est bien là.

Accusé, levez-vous, voici ce que l’on vous reproche.

Mais c’est quoi cette déco ?

Alors, oui, OK, on est d’accord, un Coffee Shop se doit d’être confortable. Mais je ne pensais pas que le terme « confort » possédait un périmètre décoratif si limité au point que tous les établissements se ressemblent… La panoplie du parfait petit coffee shop contient des tables en bois clair esprit scandinave, quelques coussins, des plantes grasses de type Zamioculcas, une carte écrite à la craie sur un tableau noir, des affiches ou une tapisserie vintages, des bibelots à l’effigie d’animaux de la forêt tel le renard ou le hibou… Et puis bien sûr les incontournables ampoules à filaments (Mais qu’est-ce que vous avez avec les ampoules à filaments ? Sérieux ! Y’avait une promo chez Maison du Monde ou bien ?). N’essayez même pas de vous différencier avec des meubles en palette ou une fausse cheminée. Tout le monde le fait déjà !

La jolie déco du Diploid (Où est-ce un autre?)

Mais c’est quoi ces prix ?

4,5€ le cappuccino, 3€ le cookie, 5€ la part de gâteau… Ça va ? Tranquilou ? Y’a rien qui vous dérange là ? Ok, votre café a peut-être été récolté dans une région reculée et montagneuse du Honduras et torréfié par des nonnes aveugles, mais un expresso à plus de 2€ est-ce bien raisonnable dans un monde où la pauvreté est loin d’être éradiquée ? Avant l’invasion des coffee shops on prenait pour quatre heures un paquet de Prince et un Coca au Franprix du coin et ça nous coutait moins de 3€. Aujourd’hui tu peux même pas payer ton goûter en sans contact car ton chocolat chaud, ton jus pressé à froid et ton cookie aux baies de goji t’ont couté plus de 20€  !

Le chou aux figues à 6,50€ chez Signé Extrait

Mais c’est quoi ces horaires à la con ?

Dès la sortie des écoles, les coffee shops font le plein et il faut souvent franchir des forêts de poussettes pour s’installer à une table (s’il en reste une de libre). A l’heure des devoirs et du bain, les étudiants prennent le relais en se posant là pour réviser leurs cours, mais passé 19h c’est baissé de rideaux. Tchao ! plus rien…  Autrefois, les bistrots et PMU assuraient un peu l’animation jusqu’à l’heure du coucher, maintenant les quartiers envahis par les coffee shop sont morts dès la nuit tombée. Pas possible de manger ou de boire (ne serait ce qu’un Perrier) en soirée. Est-ce que quelqu’un à prévenu les Coffee Shops qu’avant 19h la plupart des vrais gens sont au boulot ?

Le super cheesecake au matcha du Lumen Coffee que je n’ai jamais pu gouter car ça ferme à 18h

Mais c’est quoi ce cheese cake ?

La similitude dans la déco évoquée plus haut se retrouve aussi dans l’assiette. Les Coffee Shops servent tous la même chose ! Déjà la moitié d’entre se fournissent en café chez Mokxa et en gâteaux chez Piece of Cake… Ensuite ceux qui ont le courage de préparer leurs gâteaux eux-mêmes semblent incapables de sortir de la Sainte Trinité Cheese Cake, Carrot Cake, Brownies… Quelques courageux torréfient leur café eux même, mais pourquoi faut-il que tout le monde dessine un coeur sur les cappuccinos (Bravo champion, tu sais dessiner sur la mousse de lait, mais on s’en fout ! ) ? Et puis tout ceci est beaucoup trop sucré et moi, le sucre, ça m’énerve !

 Café Mokxa ou Pog Café ?

STOP ou ENCORE

Lyonnaise, Lyonnais, réveillons-nous ! A-t-on vraiment envie d’une vie faite de café trop doux, de sucre à tous les étages et de soirées qui se finissent à 20h ?

Voilà le sujet est lâché sur la table comme un cheveu sur un caramel macchiatto. Chez CityCrunch, on dit STOP à l’invasion des Coffee Shop et OUI à la survie des PMU.

A toi de choisir ton camp dans les commentaires en criant :

COFFEE SHOP si tu veux encore plus de Chai Latte

ou

PMU si tu veux pouvoir encore boire tranquille ton ballon de rouge

53 commentaires

  1. Cette mode petite-bourgeoise était sympa au début, comme toute chose nouvelle. Mais ce systématisme de la déco post-scandinave / ‘j-ai-mal-digéré-mon-trip-en-Berlin-paye-ta-cagette » / nourriture grasse yankee / litre de café au prix du St Joseph, fait qu’au final, on a envie d’hurler : « Serait-Il possible de manger autre chose qu’une pâtisserie américaine posée sur une table IKEA en chêne, sous une ampoule décorative, devant un mur bleu pétrole, sur une chaise de récup’, face à un mur de fausses briques sous le regard d’une plante grasse !!?!? »
    AmiEs commerçantEs, par avance. Merci.
    PS : la prochaine tendance déco majeure étant la revisite art-déco/post-moderne soupoudré de de mouvement memphis (google it), gagnes 2 ans et jettes y toi directement (avant qu’on déteste au bout du 50e rade identique). Sinon, chacun son métier. Fais bosser un archi. 😉

  2. Je me faisais la réflexion en descendant la montée de la grande côté il y a quelques jours. Je ne sais combien de coffee shop ont ouvert sur les pentes dans les derniers mois. Une véritable invasion.
    Et pourtant, j’apprécie déguster un bon gâteau en buvant un thé chaud dans un endroit confortable et chaleureux mais ils sont en train de tuer la poule aux oeufs d’or! Il n’y a plus que ça avec, comme vous le dites, une offre identique dans la plupart des lieux, ça devient triste et lassant.

  3. PS : pourriez vous aussi ouvrir aux heures où les vrais gens sont disponibles ?
    A 8h30, je pars au taf. RIEN. A 18h je rentre. RIEN. Le dimanche, histoire de faire une sortie et de couper la monotonie : RIEN. Ou si. Un brunch surpayé, peu roboratif (c’est sensé cumuler 2 repas un brunch, le ptit dej’ et le dej’… foutre un croissant dans une quiche devant un micro bol de soupe, ça va 5min…) dans une fenêtre de tir de fonctionnaire à la Pref’ « service carte grise »… Si vous vouliez avoir des horaires de bureau, fallait pas être commerçant… #SmileyRireJaune

  4. Bravo Qyrool ! Tu dis tout haut ce que je pense depuis longtemps des coffee shops qui ne sont là que pour surfer sur la vague, voyez !

  5. Alors, pas forcément au profit des PMU mais je partage le ras-le-bol : C’est toujours SOIT Coffee Shop, SOIT Bar à vin / tapas (attention prochaine invasion), SOIT restaurants… innovons peut-être sur les concepts !?

    P.S après les horaires :
    CRI DE DÉTRESSE #1 : Quasi tout est toujours fermé le Lundi (ET le mardi pour les fameux Coffee Shop) à Lyon. Rien pour booster la déprime du début de semaine, on peut pas se détendre en début de semaine ?!
    CRI DE DÉTRESSE #2 : Vacances scolaires ou pire mois de décembre et d’Août… pareil ! Tout ferme en même temps !

  6. Hephephep! Il existe le coffe shop qui ferme pas a 19h et dans lequel on peut boire de fabuleux cocktails originaux et superbement exécutés, une fois l’heure du goûter terminé (et les poussettes rangées) ! J’ai nommé : le Momento, grande rue de la croix rousse, sur le plateau donc ! Service hyper sympa, coffe shop ET bar à cocktails (perso j’y vais surtout pour les cocktails), barmen en nœuds pap et bretelles mais on ne se prive pas de la petite touche « pmu » avec musique des années 80 pour faire guincher le client un peu éméché, (anecdote d’un vendredi soir). C’est mon nouveau QG ! Ce concept est top !

  7. Je suis complètement d’accord!!
    Je partage tout à fais le ras-le-bol concernant les prix! Un capuccino à 4€ pour à peine 200mL c’est scandaleux!
    Sans parler des horaires… Prenez exemple sur des villes (mentalement avancées) comme Londres où les cafés s’ADAPTENT à la clientèle et n’abusent pas des prix…
    Merci pour ce coup de gueule!

    Myriam.

  8. C’est un peu maladroit de dire qu’on préfère notre paquet de princes de Franprix à un truc équitable bio sans gluten parce que c’est cher. On s’est peut-être trop gavés de prince parce que c’était pas cher, et on en paye le prix aujourd’hui.

    Le problème des prix de ces endroits c’est qu’ils ont fait de la pause café un produit de luxe qu’une partie de Lyon (sans être pauvre) ne peut pas s’offrir de façon régulière et sans tiquer sur les prix. On peut faire un 4 quarts maison + café filtre qui soient bios & équitables pour quelques euros, pas besoin de cheesecake pimpé aux produits de luxe tous les jours…

    1. Bon Ok je n’aurait pas du parler du paquet de Prince (surtout que je préfères les BN). Ce n’est pas qu’un question de prix, il y a aussi le fait que tu bouffes t’envoie 10 fois plus de sucre et de gras qu’avant pour le gouter d’avant les coffee shops.

  9. Vive le.PMU les vraies personnes et rencontres à tous ces lieux aseptisés trop choux trop.mignons mais sans personnalité qui gagnent la ville. Que ce soit des bars des coffee shops ou des restos même on a l impression d’une uniformisation de l’offre.

  10. Quel beau constat!
    autre exemple, le hardrock café, j’étais heureux au début de savoir que ça arrivait à Lyon, mais en rentrant, j’ai reculé direct!
    Hardrock café, avec une déco « scandinave », mais MERDEEE!!!!!! c’est quoi le soucis avec votre délire scandinave, allez acheter une personnalité (mais pas à Ikea).

    définitivement, PMU!

  11. Un peu de PMU
    La diversité c’est très important !!
    Et puis ras le bol de la dictature Good Health, Vegan et autres bien être attitudes.
    Je revendique pouvoir me pourrir la santé si je veux en mangeant des cacahuètes au pipi dans le cani du voin avec les vieux qui ne fument pas à l’intérieur mais sentent tellement que c’est comme.

  12. Team PMU !
    Parce que j’ai de merveilleux souvenirs de matins à sécher les cours et d’aller au Quedive de Béthune jouer au Rapido et écouter les conversations des vieux piliers qui avaient du mal à articuler à 9h30 !
    On a eu des conversation surréalistes avec des papis, des anarchistes, des retraitées qui s’ennuyaient, des routiers…
    La dernière fois que j’ai eu cette impression c’était au Café Bourbon !
    Et en fait je me rends compte en l’écrivant que c’est bien ça le soucis de ces coffee-shop : c’est que ces lieux manquent de diversité aussi bien au niveau de la déco, que de la bouffe et…des gens qui les fréquentent.

    1. Tu résumés bien la chose. Pour moi le Coffee Shop et le symbole beaucoup plus large de cloisonnement de la clientèle. A chacun son établissement et surtout on ne mélange pas les genre. Si ça continue le dernier bastion de mixité ça va être la Mac Do (Venez comme vous êtes c’était pas si con comme slogan).

  13. Ben en même temps comme cela a été dit, les coffee shop quand je pourrai y passer, c’est fermé! Le matin, ca ouvre trop tard ou alors il faut être en combo Motus/Pôle Emploi. ..?! Donc peux même pas être lassée…& le soir, de t’te façon, c’est apero quand on sort du boulot!

  14. C’est un peu l’hôpital qui se fout de la charité, Lyon City Crunch dis donc!!! Qui nous présente un nouveau coffee shop tous les 2 jours depuis 2 ans??
    Je charrie mais sans vous, je ne saurais pas qu’il y en a autant et je suis passée Rue Chevreul l’autre jour (la derniere fois c’était en 96) et j’ai bien rigolé quand j’ai vu la kyrielle de restos et cafés installés!!
    Je privilégie les lieux mixtes (genre Sofffa ou l’aquarium) et les tea shops parce que j’aime pas le café!!
    Il faut s’en trouver des endroits qui nous plaisent et ou l’on est bien et les garder!!
    Au fait la pâtisserie Roland est en vente (plus de brunch) et Le Balthaz’art est devenu pas top depuis que le patron/cuistot a ouvert les boulistes.

    1. Qui aime bien châtie bien !
      Oui on rale mais on parle tout le temps de coffee shop et on en parlera encore souvent (il ne fallait pas prendre l’article trop au sérieux).

  15. En même temps, quand tu vois le nombre de coffee shops chroniqués sur LCC… Mais ce coup de gueule (tardif) est salutaire. 100 % d’accord.

    Le pire, ce sont les faux bars de quartier. T’as l’impression d’entrer dans un PMU, on te sert un apéro à l’ancienne avec un air canaille, mais le verre de Suze te coûte le prix d’un cocktail, quand tu demandes des cahuètes on t’amène une note avec et tu peux même pas miser sur un canasson ! Où va le monde ma bonne dame ?

  16. Je suis pour le retour des salons de thé de mémés où on trouve autre chose que des cheesecakes, et où je me sentirais plus jeune que la moyenne. Les bars PMU avec les enfants… Mais leur disparition nous renvoie à la gentrification d’un certain nombre de quartiers qui deviennent trop chers. Faites des articles sur les meilleurs PMU de Lyon ! Sinon belle référence à blanc littérature enfantine (« le problème avec les lapins »).

  17. Comme d’habitude…les sushis…puis il y’a eu les burgers…et avant cela les boutiques telecom 😂
    Une tendance se dessine..on inonde le marché..puis on passe à autre chose mais pas sans y laisser un truc devenu hors de prix

  18. Oh non ! Moi je suis très bisounours, et quand j’ai passé une mauvaise journée, rien de mieux qu’un bon petit chocolat chaud au coin de la cheminée pour oublier 🙂
    Vive les coffee shop !

  19. Vous avez été long à la détente ! 🙂
    Derrière l’aspect marketing insipide qui consiste à copier coller les tendances du moment, il y a aussi la question de la gentrification quand ça touche des quartiers dont la population à la base n’est pas vraiment cliente de ce genre de lieu. C’est la face visible d’un changement de population dans nos quartiers.

  20. COFFEE SHOP foreveeeeer ! T’façon ceux qui aiment pas les coffee shops are the next snobs, voilà !
    (quand on aime les bonnes boissons chaudes et pas la bière les PMU c’est juste naze, a chaque lieu sa fonction)

  21. Merci pour cet article il m’a bien fait rire. perso je ne vais pas assez souvent sr ls pentes pour me rendre compte de l’invasion mais si le concept a du succès jusqu’à arriver chez McDo c’est dire. Entièrement d’accord sur les prix et les horaires.
    En passant : je ne suis pas de Lyon à la base et ça m’a vraiment surpris en arrivant le nombre de restos du 3è etc fermés le dimanche ou en soirée !

  22. Si je suis d’accord sur certains points (oui il y en a beaucoup et surtout tous aux mêmes endroits), on trouve encore des coffee shops à la cool, où les prix sont raisonnables. Ce qui me turlupine c’est pourquoi cracher un peu sur le ce café à chat vegan, alors que vous en dites du bien dans un autre article ? À chaque nouveau spot à café hypsterisant ouvre vous en parlez, c’est que quelque part vous les appréciez quand même non ? Bref, c’est un peu paradoxal quand même 🙂

  23. Alors un gros point noir dans cet article à faire remarquer tout de même, c’est que le paiement sans contact est maintenant autorisé jusqu’à 30 euros ! Il faut généralement faire une manip au distributeur ou bien en agence, mais il est tout à fait possible de payer son combo latte+cookie a 24 euros en sans contact. Le futur !
    Par contre, on est bien d’accord, les ampoules filaments et les tables en bois clair, on a compris, on peut passer a autre chose maintenant.

  24. Bon, de toute façon de mon coté un Coffee Shop doit satisfaire au moins tous les critères suivants, sinon je n’y vais pas! 🙂 :

    1. Expresso à 2€ grand max! (et encore je trouve que 2€ c’est trop mais passons…)
    2. Ouverture à 08h00 AU PLUS TARD. C’est aussi une question de principe. Et le café c’est, principalement, le matin qu’on le boit.
    3. Pas d’odeur de cuisine (pitié)! Je ne veux pas sentir le fromage fondu (que j’adore!) avec mon café !
    4. Le Coffee Shop propose de café préparé en méthode douce (un truc simple : café filtre…) : ça me parait tellement évident et simple, surtout en 2018 pour un tel établissement, mais figurez-vous que ce n’est pas si fréquent que ça!

    Mine de rien les établissements qui satisfont tous ces critères (exigeants?) ne sont pas nombreux ; très loin de là!

    Après je ne suis pas certain que les PMU et les Coffee Shop sont censés remplir le même rôle pour les comparer directement MAIS s’il faut absolument choisir, j’opte pour le PMU!
    C’est quand même beaucoup plus fun!

  25. Je savais pas que ça existait ! Moi, je bosse 8h – 20h, et quand je bosse, je bois pas du café ou autre chose, je bosse. Et je me rattrape le soir ou le weekend autour d’une vraie table avec des vrais plats, un bon Côte du Rhône et éventuellement un bon café. Alors faites comme moi et vous n’aurez plus de problème avec les coffee shops.

  26. La France est de plus en plus un pays anglo-saxon et de moins en moins un pays latin. (coffe shop, meuble scandinaves, burger, brunch, bar fermé a 1h, les voisins qui ne supporte pas le bruits…) Les bars « esprit PMU » vont disparaitre. Ce sont des lieux simple ou le comptoir n’est pas qu’un repose cookie, c’est un « spot » de rencontre. Mais, voila ce n’est pas gratifiant de tenir un PMU ou du moins un bar de quartier. C’est ouvert a 6H, on y accueille les premiers poivrots et on ferme tard. C’est pas forcement mignon et healthy comme endroit. C’est multiple. Un lieu de brassage avec tout les risques possible. Donc les jeunes génération n’ont pas envie de reprendre le flambeau. Problème… maintenant les gens crée des lieux a concept qui sont souvent les même et aseptisé dans lesquels on s ennui et, qui pour les bar, ferme trop tôt a mon sens. Parce que si on regrette le PMU c’est aussi parce que les bars sont décevant aujourd’hui. Il faut le dire… ca manque quand même un peu de folie dans les bars de notre jolie ville. Ou grosso modo en générale tu t’assois ( forcement on va pas mettre un babyfoot, tu comprend c est une table en moins) boit des bières qui sont souvent les mêmes (la mafia grihete) et commande les mêmes planches. Et puis c est con mais quand a 00h30 tu commence a être rond et donc que ton investissement de la soirée prend son sens… c est le moment ou le bar ferme ses portes avec en générale comme mot d’adieu… un bon vieux « CHUT »… Oui… Je suis en pleine digression. Mais c ‘est dimanche et j’ai oublié de réservé une table pour mon brunch donc j ai faim et je suis frustré. En tt cas bravo pour ce belle article un peu piquant et un peu vrai et VIVE LES PMU

  27. Je crois pas que la multiplication des coffee shops soit le problème.C’est surtout qu’il ne reste pratiquement plus de bars avec une personnalité sauf quelques rares du coté de la Guillotière.A Paris l’uniformisation est identique, reste plus qu’à aller boire un demi dans le quartier du Clapier à Saint Etienne.

  28. « La France est de plus en plus un pays anglo-saxon et de moins en moins un pays latin. » Je dirais plutôt que la France essaie d’être un pays anglo-saxon et exagère souvent le trait à l’extrême et ça se voit beaucoup à Lyon, capitale gastro. Pendant un temps c’était le burgers, après les maisons de thés, ensuite les coffee shop etc. Ce que je remarque en France c’est que quand il y a un bon concept, t’as 50 personnes qui vont essayer de le copier et quand c’est des concepts importés de l’étranger ça coûte cher pour rien. Ça montre l’intérêt que peut susciter un concept qui a du succès, mais on arrive rapidement à saturation. Moi, je ne mange pas de gâteau au fromage en France, j’trouve que c’est généralement du vol. Même chose pour les muffins et cie qui sont toujours aux mêmes saveurs. Il serait plus intéressant de voir des plats locaux être revisités.

    Je me permets aussi de revenir sur le commentaire de Tony Wuff. C’est quoi un pays latin? Je l’entends souvent celle-là, mélangée à toute les sauces pour dire « Nous, on n’est pas comme les méchants américains capitaliste » et souvent ça ne veut rien dire. Je ne vois pas non plus en quoi les meubles scandinaves, les burgers, brunch et cie sont anglo-saxons.

    En tout cas, article intéressant.

    1. C’est aussi la culture de tendances instagram qui cherche sans arret la nouvelle tendance pour faire leurs photos pour impressionner les followers, alors les restos, cafés cherchent à plaire cette communauté. On est devenu des imbeciles ou le but dans la vie est d’être influencer. En plus, ces tendances nous poussent à la consommation. Je peux vous dire comme américaine, ces ‘tentatives’ à faire des trucs à l’américain/anglo-saxon sont 99% de temps un fail. Gateaux style américain, jamais bon même si les français sont elogieux pour le carrot cake pitoyable de plusiers endroits dans la ville. Burgers, oof même pire. Heureusement la connaissance est assez basse pour le plupart, alors ces restos/cafés, etc., trouvent leur clientéle fidéle sans avoir besoin du savoir faire. En parlant du café, le café à Mokxa est juste imbuvable.

  29. Bar L’Angle d’Or 2 pas de chez moi, Rue de Marseille & Rue Passet. Bonne ambiance de chillers old style. Tenu par Mr Mai, le patron d’origine Cambodgienne qui tient la main à tous qui rentrent. Un rouge à 10h, ou un café à 1, 50? Pas un hipster in sight YES. Not cool enough for Instagrammers, perfect for laid-back sane people.

      1. oh mince, enléve mon commentaire alors, on verra bientôt l’invasion de barbus, tatouage, et mangeurs de quinoa!! hahaha je plaisante 😉 kind of… ah bon j’ai oublié de dire…l’article parle de la fermeture tôt de ces cafés…mais aux USA les cafés sont ouverts vraiment tard! J’ai bossé pendant mes années uni dans les cafés. On fermait à 1h du matin, minuit…mon 1ére job ‘café’ c’était à Starbucks (bah aux USA c’est pas mal bosser à Starbucks, on a l’assurance maladie même travaillant à 50%, important pour les étudiants) et il fermait à 1h! Un autre café, 2h mais on servait aussi l’alcool. Ici j’ai l’impression que les cafés essaient d’être ‘healthy.’ Bon, asceptisé, bien pour les brigades de poussettes gluten-free, mais pas pour avoir des quartiers vivants. Dommage. 🙁

      2. oh oops aussi si jamais on entend que Mr Mai va vendre ce local, on fait un crowdfunding pour l’acheter, ok? Avec la table aux billiards!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*